Boudu 42 – Septembre 2019

24,50

En couv’. La chalengeuse
Dans le coin droit, Jean-Luc Moudenc, culotte bleu-Les Républicains devant, et bleu-LaRem derrière. Tenant du titre. Dans le coin gauche, la chalengeuse Nadia Pellefigue, culotte rose P.S. délavée, qui avant le grand combat municipal de mars prochain confie ce qu’elle entend faire de Toulouse si elle accède au Capitole.

Enquête. Trafic d’influences
Exit la pub à la papa et la presse à la papi, place aux influenceurs créateurs de contenu, ces instagrameurs et youtubeurs capables de faire vendre, en un post à peine, de la crème à bronzer, du cake aux olives, Rieux-Volvestre ou le Service National Universel. Ils se réunissent ce mois-ci à Toulouse pour leur salon international : le Tubecon.

Récit-portage. De l’autre côté de la rocade
Au Grenier de Toulouse, ni subventions, ni lieux communs, ni facilités, ni certitudes, mais une façon nouvelle de vivre le théâtre et de poursuivre l’œuvre de son fondateur, le grand Maurice Sarrazin.


ÉDITO 42. Abandon

Il n’est jamais facile, quand on est journaliste, de traiter avec objectivité (si tant est qu’elle existe !) la question des influenceurs. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’ils ont, d’une certaine manière et en très peu de temps, profité de l’incapacité des médias dits traditionnels à se moderniser pour prendre (un peu) leurs places dans le cœur des Français !

À une époque où la confusion n’a jamais été aussi forte, et la frontière aussi poreuse, entre communication et journalisme, où tout ce qui est installé doit être déboulonné et où l’on cherche partout et tout le temps à s’identifier à quelque chose ou à quelqu’un, les influenceurs ont acquis une audience et une légitimité à faire pâlir d’envie plus d’une rédaction.

Sauf que la vague d’authenticité sur laquelle ces nouveaux relais d’opinion surfent depuis quelques années, et qui a, semble-t-il, constitué leur valeur-ajoutée, semble faiblir à mesure que les grandes marques leur font les yeux doux.  Toute la question est désormais de savoir ce qu’il en restera. Vue la rapidité avec laquelle les choses évoluent, chez Boudu, on a bien compris qu’il serait présomptueux, et donc risqué, d’avancer sur un terrain aussi mouvant. Tout au plus se contentera-t-on d’observer le dilemme dans lequel notre société se trouve, tiraillée entre son envie de (re)trouver des garde-fous et sa propension quasi irrésistible à s’abandonner à tout ce qui semble incontournable et nouveau. 

Effacer
UGS : ND Catégorie :

Additional Information

Type

Papier, Pdf