Récit

Quand Toulouse voulait bétonner le canal du Midi

Rédaction : Philippe SALVADOR,
Illustrateur : DEVIG,
le 31 octobre 2015 Temps de lecture : 11 min.
Partager : TwitterFacebookMail

Une autoroute dans le canal du Midi ? Il y a un demi siècle, les Toulousains n’y voyaient pas grand chose à redire. Les plans, le montage financier, les mentalités : tout était prêt. Un paisible séjour en Asie fera tout basculer et sauvera le canal. L’histoire d’un carnage évité de justesse.

 

Le 23 avril 1964, au Capitole de Toulouse. Dans son fauteuil de maire, Louis Bazerque relis l’avis de son conseil municipal : « Nous demandons la déviation du canal du Midi dans la traversée de Toulouse et l’établissement sur son tracé actuel d’une grande voie de pénétration urbaine ». Face à lui, épinglé sur un grand panneau en liège, le schéma de structure de la ville signé des célèbres architectes Daniel Badani et Pierre Roux. Il décrit la ville telle qu’elle sera d’ici une ou deux décennies. On y voit les projets d’implantation des administrations, des industries, les règles de construction et la percée des nouvelles voies. Sur le schéma Badani, tracé en rouge, le canal du Midi est devenu une autoroute urbaine.

Bazerque, le bâtisseur de gauche, l’ami de la croissance et des milieux économiques, est satisfait. Adepte des initiatives spectaculaires, il vient de lancer le chantier du Mirail, a fait raser le quartier Saint-Georges et remplacer les Halles des Carmes et de Victor-Hugo par des parkings aériens. Pourquoi pas, dès lors, bétonner le canal ? On dégagerait ainsi 5 hectares pour de nouveaux programmes immobiliers à Port-Saint-Sauveur et Saint-Etienne, vers les Ponts-Jumeaux ou le canal de Brienne. Quant aux 30 hectares de lit asséchés, ils pourraient abriter, sous la voie rapide, de gigantesques parcs de stationnement. De quoi désengorger le centre d'une cité en pleine expansion.

Bazerque l’exécutant

L’essor de l’aéronautique, la croissance de la population étudiante, l’exode rural et le retour des Français d’Outre-Mer ont fait gagner à la ville 60000 habitants en huit ans. Au recensement de 1962, les Toulousains sont 325000. La même année, face aux caméras de l’émission Midi-Pyrénées Magazine, produite par l’ORTF, Louis Bazerque paraît préoccupé : « Il y a 2000 voitures de plus par mois dans la ville et les voies sont inadaptées. J’en appelle à une discipline absolue des piétons et des automobiles. Ainsi, tout ira bien dans notre bonne ville. »

FRAC31555_15Fi2637 Il s'en fallut de peu que Louis Bazerque ne signât le bétonnage du canal1

La suite est réservée aux abonnés.

Accédez à tous les contenus de Boudu en illimité.
Ou achetez directement le magazine en version pdf

À lire aussi dans ce numéro

Récit -

Quand Toulouse voulait bétonner le canal du Midi

« Toulouse était en retard et son retard a sauvé son canal ! Certaines villes n’ont pas eu cette chance ! », Jean Frébault

> Lire l'article <
Le Canal du Midi Bétonné ?
Conversation -

Omar Hasan, sentimental bourreau

"Il m'arrive de me demander ce qu'aurait été ma vie si j'avais choisi le chant plutôt que le rugby"

> Lire l'article <
Omar Hasan
Portrait -

Sandoval, l'âme son

Un type profondément rock qui n’a jamais voulu dompter son animal intérieur.

> Lire l'article <
Berardo Sandoval pêche dans l'Ariège, à Foix