retour haut de page

ACTUEL

Occitanie Tower : Nom d’un gratte-ciel !

PAR Sarah JOURDREN
Temps de lecture 2 min

À peine dévoilé, le projet de gratte-ciel « Occitanie tower », près de la gare Matabiau à Toulouse, a déjà ses détracteurs. Mais alors que tout le monde semble se focaliser sur son nom, trop anglais pour certains, le problème pourrait bien être ailleurs…

C’est un gratte-ciel de 150 mètres de hauteur, 40 étages, 30 000 m2. Un paquebot de verre et de vert, annoncé pour 2021, échoué entre les quais de la gare Matabiau et les bords du canal, sur l’ancien site de tri postal. La modernité pour les uns. Une coûteuse et inutile course vers le ciel pour d’autres. Pour ses architectes, l’américain Daniel Libeskind et les Toulousains Francis Cardete et Gérard Huet, « c’est comme si le canal du Midi montait vers le ciel ». La tour, entourée d’un ruban de jardins verticaux, comprendra 11 000 m2 de bureaux, 100 à 120 logements, un restaurant
panoramique, un hôtel de luxe, 2 000 m2 de commerces et les locaux SNCF. Une petite ville dans la ville, qui devrait coûter 130 millions d’euros et suscite déjà la polémique… sur son nom. Mais alors qu’on débat sec entre « Occitanie tower » et « Tour occitane », il n’est peut-être pas inutile de rappeler qu’en 2009, Séville avait vu son classement au patrimoine mondial de l’Unesco menacé par le projet de construction de la « Tour Sevilla », l’organisation internationale estimant alors qu’elle altérait le paysage historique de la ville. À l’heure où Jean-Luc Moudenc a fait du classement de Toulouse l’une de ses priorités, la construction de ce gratte-ciel pourrait-elle constituer une menace pour la candidature toulousaine.

 

Partagez

Qui sommes-nous?

Boudu est un magazine de société qui ambitionne de raconter Toulouse et sa région différemment. Généraliste et indépendant, il est distribué à 12 000 exemplaires dans la grande région toulousaine. Il s’agit d’un magazine de presse écrite, disponible chez les marchands de journaux. Il est édité par la Scop ARL Trente&Un, une coopérative fondée en 2014 par quatre journalistes toulousains.