Enquête

Parlement de la montagne : positive altitude

Rédaction : ,
Photo : ,
le 6 septembre 2017 Temps de lecture : 3 min.
Partager : TwitterFacebookMail
Depuis des décennies, les populations montagnardes se sentent abandonnées au profit des métropoles et des littoraux. Aujourd’hui, le Conseil régional d’Occitanie veut dynamiser ses massifs et mettre en avant ses pépites. Aux manettes, la Lozérienne Aurélie Maillols, vice-présidente de la Région chargée de la montagne, présentera en octobre une feuille de route pour la création d’un parlement dédié aux massifs.

Pourquoi un parlement de la montagne ?
En Occitanie, 50 % du territoire est en zone de montagne, soit 1,3 millions d’habitants dans les Pyrénées et le Massif central. Ces massifs ont des atouts, mais l’attractivité des métropoles crée un déséquilibre démographique. C’est un enjeu majeur d’aménagement du territoire. Or, une politique publique qui fonctionne à Toulouse ne marchera pas forcément en montagne. Nous voulons donc nous appuyer sur les atouts des massifs, leurs projets, leurs énergies, pour créer des politiques de développement sur-mesure. Pour y arriver, nous allons mettre en place un parlement dédié, qui co-écrira avec la Région le Plan montagne. Un plan d’action concret qui définira les grandes priorités sur 20 à 30 ans.

Comment identifier les atouts et les handicaps des territoires de montagne ?
En s’appuyant sur ceux qui y vivent toute l’année. Nous avons organisé des ateliers de concertation dans de petites communes de montagne pour faire remonter les besoins, les projets, et les défis à relever.

Que révèlent ces consultations ?
La question des mobilités et du désenclavement revient régulièrement. Sur le Massif central, les deux grosses problématiques sont le maintien des services publics et l’attractivité de ces territoires qui perdent des habitants. En Lozère, la première chose que veulent savoir les jeunes, c’est s’il y a un médecin généraliste. Et un « non » n’est pas recevable. Sur le plan économique, les petites TPE et PME, même très rentables, ont du mal à trouver un repreneur.

Et dans les Pyrénées ?
Les Pyrénées ont déjà connu un regain d’attractivité, et de nouvelles populations s’y installent. En Ariège, l’Insee avait prévu 130 000 habitants en 2017. Ils sont 158 000. Les jeunes et les retraités reviennent dans les Pyrénées parce qu’il y a eu des efforts en1

La suite est réservée aux abonnés.

Accédez à tous les contenus de Boudu en illimité.
Ou achetez directement le magazine en version pdf

À lire aussi dans ce numéro

Interview -

Le basket, une mélancolie toulousaine

Comme la plupart des Toulousains, nous ne sommes pas très calés en basketball à la rédac de Boudu. C’est grave ? Franchement ? Oui. Non seulement vous passez à côté d’un sport...

> Lire l'article <
Philippe Cazaban Basket