Interview

Cher Père Noël : les personnalités toulousaines se livrent sur leurs cadeaux

Rédaction : ,
le 6 décembre 2017 Temps de lecture : 10 min.
Partager : TwitterFacebookMail
La politique, les médias, les assos, les affaires, le sport et la culture sont des milieux où l’on ne se fait pas de cadeaux. Ça n’empêche pas ceux qui y fraient d’avoir plaisir à offrir et à recevoir pour Noël. Illustration avec ce petit questionnaire soumis à quelques personnalités toulousaines, entre souvenirs d’enfance et wishlist pour 2017.

FIONA MILLE
Membre du bureau national des Jeunes écologistes

Le plus beau cadeau que vous ayez reçu ?
Un panier de bières belges (je suis cht'i) à l'arrivée du semi-marathon de Toulouse !
Le pire ?
Je devais avoir 7 ans quand ma grand-mère m'a offert une poupée qui pouvait parler. La nuit, dans la malle à jouets, elle se déclenchait toute seule. Un vrai cauchemar qui m'a marquée !
Le plus original ?
Un coffret Yves Rocher ? Non je plaisante, c'est le cadeau le plus banal que l'on puisse faire à une amie.
Celui dont vous avez toujours rêvé et que vous n’avez jamais reçu ?
Pendant une dizaine d'anniversaires, j'ai soufflé sur mes bougies en souhaitant avoir un cheval... je l'attends toujours.
Celui que vous avez envie d’offrir à vos proches ce Noël ?

Un stock de liquide vaisselle à mes colocataires, histoire de leur faire passer le message.
Le plus beau cadeau que l’on pourrait vous faire ?
Le passer dans un chalet à la montagne : de la neige, de la neige et de la neige !
Celui que vous offririez à votre pire ennemi ?
Un coffret de Mon chéri, c'est vraiment infect.

 

 

ALAIN DI CRESCENZO
Président de la CCI Occitanie

Le pire cadeau que vous ayez reçu ?
Une paire de pantoufles offerte par ma tante quand j'avais dix ans.
Le plus original ?
Noël 2000, alors que je venais d'emménager seul à Toulouse, ma petite amie de l'époque, devenue ma femme, m'a offert 2 coupes à1

La suite est réservée aux abonnés.

Accédez à tous les contenus de Boudu en illimité.
Ou achetez directement le magazine en version pdf

À lire aussi dans ce numéro

Conversation -

Jean-Paul Chambas : con mais bon

Chambas peint comme Rambo tue : rageusement et le front ceint d’un bandeau. Une manière de discipliner sa légèreté et sa chevelure, précieuses pour séduire mais superflues pour créer.

> Lire l'article <
Jean-Paul Chambas