Enquête

Noël : le sens de la fête

Rédaction : ,
Photo : ,
le 6 décembre 2017 Temps de lecture : 3 min.
Partager : TwitterFacebookMail
Avant d’offrir des cadeaux mal choisis à des proches mal lunés qui les braderont le lendemain sur Le Bon Coin à des acheteurs trop impatients pour attendre les soldes, Boudu a jugé opportun de remonter à la source chrétienne de Noël, en interrogeant le père Simon d’Artigue, curé de la cathédrale Saint-Étienne, remarquable pour sa foi totale, son franc-parler, sa poignée de main virile, ses homélies rugbystiques et ses faux-airs de Jean Yanne.

Le sentiment religieux décroît, mais Noël garde la cote. Comment l’expliquer ?
Noël répond à notre besoin profond de rompre la monotonie. Qu’on le veuille ou non, l’approche de Noël travaille la ville et installe une attente, un décor, une atmosphère de joie.  Je ne connais pas d’événement qui distille aussi généreusement cette bonne humeur et ce plaisir d’attendre, à part peut-être l’Euro ou la coupe du monde de football.

Comment interprétez-vous ce Noël sécularisé ?
D’un côté je suis émerveillé de constater que Noël touche tout le monde, habille les rues et illumine les devantures des magasins. De l’autre, en voyant les gens courir avec leurs paquets à la main, je me dis : « S’interrogent-ils au moins sur le sens de tout ça ? » Même indépendamment de toute considération religieuse, je trouve qu’il n’y a rien de plus flippant que d’agir sans maîtriser le sens de ses actes. Le marché de Noël en est l’illustration parfaite : il a tout du marché, et rien de Noël. C’est charmant, parce qu’il y règne une atmosphère chaleureuse et sympathique, mais ça s’arrête là. Noël doit donner du sens. Et pour donner du sens, il faut un peu plus que des churros et des écharpes en mohair.

Quel sens donner à Noël ?
Le message est simple : Dieu nous aime au point de s’être fait petit enfant. Bon, en le disant, j’ai bien conscience que la simplicité et la pauvreté du message ne sont pas de nature à séduire mes contemporains. Noël c’est l’anniversaire de Jésus. Voilà. Désolé, on n’a que ça à donner !

Ce message est-il devenu inaudible ?
Je ne crois pas qu’il le soit devenu. Il l’était déjà il y a 2000 ans. Quand Marie et Joseph sont arrivés à Bethléem, ils apportaient le plus beau des cadeaux, et1

La suite est réservée aux abonnés.

Accédez à tous les contenus de Boudu en illimité.
Ou achetez directement le magazine en version pdf

À lire aussi dans ce numéro

Conversation -

Jean-Paul Chambas : con mais bon

Chambas peint comme Rambo tue : rageusement et le front ceint d’un bandeau. Une manière de discipliner sa légèreté et sa chevelure, précieuses pour séduire mais superflues pour créer.

> Lire l'article <
Jean-Paul Chambas