retour haut de page

PORTRAIT

Isabelle Hardy : l’adieu à la rose

PAR Jean COUDERC | Photographie de Matthieu SARTRE
Temps de lecture 4 min

Certes, quitter le Parti socialiste ne constitue pas, par les temps qui courent, un immense acte de courage. Rejoindre Génération.s, le parti de Benoît Hamon, est en revanche plus aventureux. C’est pourtant le choix qu’a fait Isabelle Hardy, ancienne adjointe au commerce de Pierre Cohen, au printemps dernier. Cela valait bien une petite explication.

Inutile de les dissimuler, ils se voient comme le nez au milieu de la figure. Quoi ? Les sourires, voire les moqueries à l’évocation du supposé risque pris par Isabelle Hardy en quittant le PS.  Un peu comme choisir le Goncourt comme livre de vacances, aller dîner chez Michel Sarran sans connaître le menu ou bien parier sur une poursuite de la grève de la SNCF après l’été. Soyons honnête, quitter le Parti socialiste ne paraît pas, pour le commun des mortels, relever de la plus grande audace. En apparence. Car si la formation à la rose a touché le fond au printemps 2017 et qu’elle tarde à retrouver de sa superbe, bien malin qui peut dire qu’il ne faudra pas compter sur elle dans les années à venir. En particulier en Haute-Garonne, où elle détient encore, en sus du Conseil départemental, quelques mairies stratégiques.

Ces considérations, Isabelle Hardy n’en a pourtant pas tenu compte à l’heure de tirer sa révérence du PS. L’ancienne adjointe au commerce de Pierre Cohen assure même n’avoir pas hésité avant de prendre sa décision. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’elle dit ne plus se reconnaître dans le parti désormais dirigé par Olivier Faure. « Certains militants nous ont reproché notre décision. Je ne pensais pas quitter le PS. Mais les choses se sont accélérées durant les primaires. Quand j’ai entendu Delanoë dire que le programme de Hamon était dangereux… » Contrairement à d’autres, elle n’a pas cru au redémarrage, notamment après une…

Achetez le magazine en pdf ou en papier pour lire la suite
Lire la suite

Partagez

  • Éditions trente&un

    32 rue Pierre-Paul-Riquet

    31000 Toulouse

    France

  • ABONNEMENT ET DIFFUSION

    abonnement@editions31.com

  • Rédaction

    redaction@editions31.com

     

  • Commercial

    Nadia KHARBAJOU
    Responsable régie publicitaire
    nadia@laboikos.com
    06 51 65 37 11

    Gaelle KREMER
    Commerciale
    gaelle.kremer@laboikos.com
    06 20 03 13 58

     

Qui sommes-nous?

Boudu est un magazine de société qui ambitionne de raconter Toulouse et sa région différemment. Généraliste et indépendant, il est distribué à 12 000 exemplaires dans la grande région toulousaine. Il s’agit d’un magazine de presse écrite, disponible chez les marchands de journaux. Il est édité par la Scop ARL Trente&Un, une coopérative fondée en 2014 par quatre journalistes toulousains.