retour haut de page

INTERVIEW

Régis Sonnes : le salut par le jeu

PAR Jean COUDERC | Photographie de Matthieu SARTRE
Temps de lecture 5 min

Il n’y aurait plus de place pour l’improvisation, voire la fantaisie dans le rugby moderne ? C’est ce qu’on pense en général. Sauf quand on croise la route de Régis Sonnes, le nouvel entraîneur du Stade Toulousain, électron libre de l’ovalie hexagonale, qui nous explique pourquoi, en matière de ballon ovale, le risque réside dans le fait de ne pas en prendre.

Pour ceux qui auraient perdu votre trace depuis votre retraite sportive en 2003, pouvez-vous nous résumer vos 15 dernières années ?

J’ai d’abord créé un club à Campet-et-Lamolère, un petit village dans les Landes, avec des membres de la Peña Soldevilla, histoire de finir ma vie rugbystique entre amis. Puis je suis devenu entraîneur en 2005, à Agen avec Lanta et Deylaud. Ce n’était pas prévu car je travaillais dans le sport et le handicap au Conseil général des Landes depuis mon retour à Mont-de-Marsan en 2001, et ça m’allait bien. Quand ils ont décidé d’arrêter, je suis parti à Narbonne où j’ai été viré au bout d’un an et demi. J’ai alors pris la direction de l’Espagne. Deux ans en club à Madrid et deux ans à la Fédération. Jusqu’à ce que je rejoigne le staff de l’Union Bordeaux-Bègles en 2012.

Vous en partez subitement, 4 ans plus tard, pour l’Irlande. Pourquoi ?

Je cherchais une nouvelle culture, plutôt britannique, après avoir connu la culture latine en Espagne. L’Irlande faisait partie des premiers choix. C’était un peuple qui m’attirait. Je savais qu’ils avaient beaucoup de respect pour les Français, j’appréciais leur état d’esprit, leur art de vivre. Je cherchais un moyen de vivre dans ce pays. Je demandais juste le nécessaire pour pouvoir subvenir aux besoins de ma famille. Car ma philosophie de vie personnelle, et dorénavant…

Achetez le magazine en pdf ou en papier pour lire la suite
Lire la suite

Partagez

  • Éditions trente&un

    32 rue Pierre-Paul-Riquet

    31000 Toulouse

    France

  • ABONNEMENT ET DIFFUSION

    abonnement@editions31.com

  • Rédaction

    redaction@editions31.com

     

  • Commercial

    Nadia KHARBAJOU
    Responsable régie publicitaire
    nadia@laboikos.com
    06 51 65 37 11

    Gaelle KREMER
    Commerciale
    gaelle.kremer@laboikos.com
    06 20 03 13 58

     

Qui sommes-nous?

Boudu est un magazine de société qui ambitionne de raconter Toulouse et sa région différemment. Généraliste et indépendant, il est distribué à 12 000 exemplaires dans la grande région toulousaine. Il s’agit d’un magazine de presse écrite, disponible chez les marchands de journaux. Il est édité par la Scop ARL Trente&Un, une coopérative fondée en 2014 par quatre journalistes toulousains.