retour haut de page

ALLEZ-Y QUAND MÊME

7 raisons d’aller à Naples même si on n’aime pas les pizzas

PAR Sarah JOURDREN
Temps de lecture 4 min

Évidemment, il serait dommage de passer dans la ville qui inventa, aux couleurs de l’Italie et au nom de sa reine, la célèbre Margherita (tomate-mozzarella-basilic), sans en déguster une. Mais si vous n’en pouvez vraiment plus des pizzas, Boudu vous donne sept raisons d’aller quand même à Naples.

Pour le métro
Avec un milliard et demi d’euros d’investissement et l’intervention d’artistes et designers de renommée internationale comme Anish Kapoor, Sol LeWitt ou Karim Rashid, Naples s’est offert des stations de métro grandioses. Au pied des quartiers espagnols, Toledo a même été sacrée plus belle station d’Europe par le Daily Telegraph. Psychédélique.
Stazione Toledo (ligne 1) – via Toledo


Pour le cliché
Quartier populaire (et mafieux) par excellence, bâti au xvie siècle pour accueillir les garnisons espagnoles venues réprimer les révoltes napolitaines, les quartieri spagnoli s’accrochent à flanc de colline. Des ruelles tortueuses, du linge aux fenêtres, des vieilles aux pas des portes et des triporteurs débordant de pastèques… So cliché !


Pour se souvenir
On peut snober la Margherita, mais pas Pompei. La cité antique, détruite par l’éruption du Vésuve en 79, n’a pas encore livré tous ses secrets. Mais ce qui a été dégagé rappelle la splendeur passée et le danger qui plane encore sur la région – à commencer par les moulages des corps en fuite ou recroquevillés, figés par la cendre. Glaçant.
Circumvesuviania, trains dir. Sorrento, arrêt Pompei Scavi


Pour la douceur
Puisqu’on ne craque pas sur la pizza, on peut s’autoriser un écart avec les sfogliatelle, pâte feuilletée ou brisée, façonnée en cône, traditionnellement fourrée à la ricotta et aux fruits confits (mais on en trouve aussi au Nutella). À déguster chaud, en guise de petit-déjeuner, debout en attendant le train de Pompéi, ou posé sur les chaises d’une micro-pâtisserie le long de l’artère Spaccanapoli (littéralement « fend-Naples »).



Pour les îles
Procida est sans doute la moins huppée des trois îles de la baie de Naples. Avec 3,7 km2, et plus de 10 000 habitants, ce caillou entouré de mer turquoise offre quand même les charmes de la côte, entre baignade, balade et salade de poulpe.
Bateaux au départ de Naples, embarcadère Mollo Beverello



Pour l’amour du risque

En juillet 2017, le Sun classait Naples parmi les villes les plus dangereuses du monde, avant de se raviser devant la réaction courroucée de l’ambassadrice d’Italie à Londres. Reste que, si le taux de criminalité ne concerne pas les touristes, en l’absence de passages piétons, traverser la rue à Naples peut s’avérer périlleux.



Pour l’hommage au King Louis
Depuis la colline du Vomero, la vue sur Naples, sa baie et le Vésuve est imprenable. Pour regarder le soleil se lever sur les montagnes ou la « vieille lune » au-dessus de la Méditerranée… Et murmurer « Buona sera ».

Partagez

Qui sommes-nous?

Boudu est un magazine de société qui ambitionne de raconter Toulouse et sa région différemment. Généraliste et indépendant, il est distribué à 12 000 exemplaires dans la grande région toulousaine. Il s’agit d’un magazine de presse écrite, disponible chez les marchands de journaux. Il est édité par la Scop ARL Trente&Un, une coopérative fondée en 2014 par quatre journalistes toulousains.