retour haut de page

HISTOIRE

Histoire. L’or maudit des Celtes mercenaires.

PAR Marine GASC
Temps de lecture 3 min

Tous les mois, la blogueuse Marine Gasc vulgarise l’histoire de Toulouse à travers des anecdotes croustillantes.

Cette histoire, pourtant très toulousaine, commence à 2000 km de chez nous, au troisième siècle avant notre ère. Delphes, la richissime cité grecque, est pillée par l’armée du Celte Brennus, qui emporte l’or du temple d’Apollon. Ce dernier, dieu des arts qui, comme tous les artistes, est mégalo et susceptible, zigouille le chef d’expédition. Désorientées, ses troupes se dispersent, et avec elles les 70 tonnes d’or chouravées dans le temple. Le trésor se retrouve en Turquie avant de tomber entre les mains des Volques Tectosages. Après avoir vendu leurs services de guerriers sanguinaires aux Grecs, aux Romains et aux Carthaginois, ces Celtes mercenaires s’arrêtent à l’emplacement de la Toulouse actuelle pour souffler un peu. Ils ne vont pas y rester longtemps. Les Romains débarquent à Toulouse, virent les Volques, récupèrent l’or et tentent de le rapatrier à Rome. Sur le chemin, ils sont victimes d’un caravane-jacking près de Marseille. L’or s’évanouit donc dans la nature mais pas la malédiction. Peu de temps après, Apollon occit 80 000 légionnaires sous les ordres de Caepio, qui, du coup, est déchu de sa citoyenneté romaine. Depuis, on dit que l’or de Toulouse est maudit, qu’il serait, selon les sources, enfoui sous le bitume de l’A9, enterré dans le jardin de l’Abbé Saunière ou distillé depuis 2000 ans, gramme par gramme, par les rivières ariégeoises…  


Retrouvez Marine Gasc sur son blog Raconte-moi l’Histoire.

Partagez

  • Éditions trente&un

    32 rue Pierre-Paul-Riquet

    31000 Toulouse

    France

  • ABONNEMENT ET DIFFUSION

    abonnement@editions31.com

  • Rédaction

    redaction@editions31.com

     

  • Commercial

    Nadia KHARBAJOU
    Responsable régie publicitaire
    nadia@laboikos.com
    06 51 65 37 11

    Gaelle KREMER
    Commerciale
    gaelle.kremer@laboikos.com
    06 20 03 13 58

     

Qui sommes-nous?

Boudu est un magazine de société qui ambitionne de raconter Toulouse et sa région différemment. Généraliste et indépendant, il est distribué à 12 000 exemplaires dans la grande région toulousaine. Il s’agit d’un magazine de presse écrite, disponible chez les marchands de journaux. Il est édité par la Scop ARL Trente&Un, une coopérative fondée en 2014 par quatre journalistes toulousains.