retour haut de page

ÉVÉNEMENT

Le minotaure existe, on l’a rencontré

PAR Sébastien VAISSIERE | Photographie de Matthieu SARTRE
Temps de lecture 8 min

À partir du 1er novembre, la compagnie de théâtre de rue La Machine dévoilera dans un spectacle de 4 jours et 4 actes la nouvelle création de son directeur artistique François Delarozière : un Minotaure mouvant de 12 mètres de haut mu par 16 véritables machinistes. À l’image du Grand Éléphant de la compagnie, qui assure depuis 2007 la renommée internationale de l’espace des Machines de l’île à Nantes, le colosse toulousain constituera l’attraction de la Halle de la Machine inaugurée le 7 novembre au bord de la Piste des Géants de Montaudran. Puisque cette créature doit devenir un emblème de la ville, une petite description de la bête s’impose, quitte à se contenter des rares informations qui filtrent de la Halle, et à privilégier le rêve à la réalité.

SI VOUS AVEZ RATE LE DEBUT

Avant d’apparaître sous les traits du Minotaure, la dernière création de la compagnie La Machine est longtemps restée un serpent de mer. Intégrée au projet de Halle aux Machines de Montaudran, elle a été voulue et défendue bec et ongles par Pierre Cohen. Son successeur au Capitole, Jean-Luc Moudenc, a d’abord menacé de l’enterrer vivant (le Minotaure, pas Cohen), accusant son prédécesseur d’avoir financé ce colosse sans que la Ville n’en devienne propriétaire. Autre grief, celui d’avoir fait peu de cas, en commandant la construction de la Halle, de la mémoire des pionniers de l’Aéropostale dont la piste borde le site de Montaudran. Finalement, la nouvelle municipalité a intégré le géant hybride dans un projet où la Halle des Machines côtoie un espace muséographique dédié aux héros de l’Aéropostale. Baptisé L’envol des Pionniers, ce dernier ouvrira ses portes le 20 décembre prochain.

 

 

C’est là le happy end d’une tragicomédie épique mettant en scène Toulouse et François Delarozière. Un feuilleton dont les premiers épisodes se sont joués à la fin des années 1980, quand l’actuel directeur artistique de La Machine était un des remuants leaders du Royal de Luxe. Cette compagnie, dont La Machine est une excroissance réussie, faisait régner à l’époque une joyeuse…

Achetez le magazine en pdf ou en papier pour lire la suite
Lire la suite

Partagez

  • Éditions trente&un

    32 rue Pierre-Paul-Riquet

    31000 Toulouse

    France

  • ABONNEMENT ET DIFFUSION

    abonnement@editions31.com

  • Rédaction

    redaction@editions31.com

     

  • Commercial

    Nadia KHARBAJOU
    Responsable régie publicitaire
    nadia@laboikos.com
    06 51 65 37 11

    Gaelle KREMER
    Commerciale
    gaelle.kremer@laboikos.com
    06 20 03 13 58

     

Qui sommes-nous?

Boudu est un magazine de société qui ambitionne de raconter Toulouse et sa région différemment. Généraliste et indépendant, il est distribué à 12 000 exemplaires dans la grande région toulousaine. Il s’agit d’un magazine de presse écrite, disponible chez les marchands de journaux. Il est édité par la Scop ARL Trente&Un, une coopérative fondée en 2014 par quatre journalistes toulousains.