retour haut de page

C'EST DIT

Franck Biasotto : « Si on arrêtait de construire, les loyers flamberaient »

PAR Julie GUÉRINEAU | Photographie de Rémi BENOIT
Temps de lecture 5 min

Dans notre numéro de février, François Piquemal, porte-parole de l’association Droit au Logement 31, remettait en cause la volonté de la mairie de Toulouse d’agir en faveur des mal-logés. La municipalité a souhaité s’exprimer à son tour sur le sujet, par la voix de Franck Biasotto, adjoint au maire en charge du logement, président de Toulouse Métropole Habitat, et maire, entre autres, des quartiers Bagatelle, Mirail-Université, Reynerie et Fontaine-Lestang.

Vous contestez les chiffres du DAL qui estime, en s’appuyant sur des chiffres de l’Insee, qu’il y a 23 000 logements vacants mobilisables à Toulouse. Pourquoi ?

J’aimerais qu’il y ait autant de logements vacants à Toulouse. Parce qu’on a 40 000 demandes de logements sociaux et qu’on en manque. Vous comprenez bien que si j’avais autant de logements vacants, évidemment que je les mobiliserais volontiers. Mais ce n’est pas le cas. La preuve, quand il a fallu reloger des victimes en urgence après la catastrophe d’AZF, la mairie avait recensé 1500 logements vacants. Et elle s’est rendue compte que seuls 200 répondaient aux conditions d’habitabilité et étaient mobilisables immédiatement.

Nous sommes bien conscients qu’il ne faut pas reproduire les erreurs du passé et concentrer les bas loyers dans un seul quartier.

Le DAL s’appuie pourtant sur des chiffres de l’Insee…

Je ne dis pas que les chiffres sont faux. Mais il ne faut pas confondre la vacance voulue, et la vacance dont on peut disposer. La vacance voulue, ce sont très souvent des logements qui ne sont pas aux normes et dont les propriétaires n’ont pas nécessairement les moyens de les mettre au niveau d’habitabilité.

Ne peut-on pas les aider à rénover ces logements pour les remettre sur le marché ?

Si. Pour inciter les propriétaires bailleurs à remettre des logements vacants sur le marché, je suis en train de réfléchir avec la mairie de Toulouse à une…

Achetez le magazine en pdf ou en papier pour lire la suite
Lire la suite

Partagez

Qui sommes-nous?

Boudu est un magazine de société qui ambitionne de raconter Toulouse et sa région différemment. Généraliste et indépendant, il est distribué à 12 000 exemplaires dans la grande région toulousaine. Il s’agit d’un magazine de presse écrite, disponible chez les marchands de journaux. Il est édité par la Scop ARL Trente&Un, une coopérative fondée en 2014 par quatre journalistes toulousains.