Interview

1000 degrés : Podcast explosif

Rédaction : ,
le 6 juin 2019 Temps de lecture : 6 min.
Partager : TwitterFacebookMail

« Il est seize heures, et on arrive sur le lieu du crime. » Ainsi commence le trépidant podcast d’Emilie Denètre et Adèle Humbert. Une investigation narrative qui joue avec les codes des séries Netflix et use des nouveaux modes d’écriture sonore. Depuis sa mise en ligne le mois dernier, la série rencontre un succès considérable sur les plateformes de téléchargement, et rappelle au souvenir des Toulousains le fait divers qui lui tient lieu de prétexte : l’explosion en 1994 d’un colis piégé devant l'entreprise des époux Hernandez, à Portet-sur-Garonne… 

Pourquoi avoir choisi l’écriture narrative pour mener cette contre-enquête ?

Emilie Denètre : Cela permet de toucher des auditeurs jeunes, aculturés aux codes des séries. Mais il y a aussi des publics un peu plus âgés ! Je suis maman, et à la sortie de l’école, plusieurs mamans d’élèves m’ont dit qu’elles avaient accroché. Elles ne savaient pas forcément dire pourquoi, mais les cliffhangers (fins à suspense, ndlr), ces codes que l’on retrouve dans les séries, touchent un public large. Et si notre podcast permet également de comprendre certaines notions judiciaires (le fonctionnement de la cour d’assises, le rôle du juge d’instruction…), alors nous avons rempli notre rôle !

Quels formats, quels podcasts vous ont inspirées ?

Adèle Humbert : J’ai étudié les techniques de l’écriture narrative à l’université de Columbia, à New York. J’ai beaucoup appris de Sarah Koenig (journaliste et productrice de radio américaine, créatrice du podcast d’investigation Serial, ndlr). L’écriture sonore est quelque chose que je n’avais jamais eu la chance d’expérimenter en France. Mais Serial n’est pas notre seule source d’inspiration. On peut citer aussi le podcast Disparue(s), diffusé sur Radio Canada.

E.D. : Ces codes narratifs sont très naturels aux États-Unis : l’utilisation du « je » et du « nous », les cliffhangers, le dévoilement des coulisses de l’enquête… Mais ce n’est pas une simple copie. Nos fins à suspense ont un sens, elles sont raccrochées au dossier. Nous avons suivi les règles journalistiques du contradictoire, confronté les sources, et respecté les codes propres à n’importe quel journaliste. Les techniques scénaristiques nous permettent de mettre en valeur le récit.

Nouvelles écritures, nouveaux récits... Et nouveaux modes de financement ?

E.D. : Nous sommes transparentes à propos de notre sponsor, Audible. Pour se financer, il faut faire payer les auditeurs ou mettre de la publicité. Un sponsor, cela1

La suite est réservée aux abonnés.

Accédez à tous les contenus de Boudu en illimité.
Ou achetez directement le magazine en version pdf

À lire aussi dans ce numéro

Enquête -

Didier Barbelivien : souvenirs de Nougayork

Parce que né à Paris et auteur de centaines de tubes pour Sardou, Hallyday, Christophe, Bécaud et tant d’autres, Didier Barbelivien ne peut être soupçonné ni de complaisance professionnelle ni...

> Lire l'article <
Didier Barbelivien
Enquête -

Mouss, Hakim et Nougaro : fraternité des faubourgs

Avant de connaître la gloire avec Zebda, Mouss et Hakim Amokrane ont, à la fin des années 1980, dansé sur Nougayork dans les boîtes des Minimes. Adoubés par Claude Nougaro,...

> Lire l'article <
Mouss, Hakim et Nougaro
Enquête -

Maison Nougaro : Nos retrouvailles

Longtemps arlésienne de l’actualité toulousaine, la Maison Nougaro ouvre enfin ses portes cet été au kilomètre zéro du canal du midi. Une péniche amarrée mais libre, que ses initiateurs Cécile...

> Lire l'article <
Maison Nougaro