Enquête

La navette s’amuse

Rédaction : ,
le 6 novembre 2019 Temps de lecture : 6 min.
Partager : TwitterFacebookMail

Alors que les modes de déplacements doux, comme le vélo ou le bus, sont de plus en plus plébiscités pour les courts trajets domicile-travail, les vols reliant quotidiennement Toulouse et Paris-Orly continuent d’afficher complet. Boudu s’est glissé parmi les 4500 passagers quotidiens de la navette Air France qui prennent l’avion comme d’autres prennent le métro.

Comme chaque matin de semaine, l’aéroport Toulouse-Blagnac est déjà, ce jeudi 17 octobre, en pleine ébullition à 7 heures du matin. Il faut dire que les navettes de 6h, 6h20 et 6h50 ont déjà transporté plus de 500 passagers jusqu’à Orly. Dans la salle d’embarquement, l’ambiance est studieuse. Seul un petit groupe, manifestement en partance pour des vacances ensoleillées, se fait (un peu) remarquer. Pour le reste, les yeux sont rivés sur les smartphones, ou sur les portables pour ceux qui doivent peaufiner leur Powerpoint en prévision de leur présentation matinale.

À mesure que les passagers s'avancent au comptoir, on se reconnait, on se sourit. C’est que la navette est une affaire d’habitués. Elle affiche en effet le plus fort taux d’abonnés (19 %) de la compagnie en vol domestique.

Lorsque l’hôtesse annonce le début de l’embarquement, les SkyPriority se pressent au comptoir, au risque de surjouer le côté « busy » du businessman. À moins qu’ils ne soient obsédés par l’idée de récupérer une édition (papier) du Monde. À l'entrée de l'appareil, on retrouve, logiquement, ces mêmes passagers, plongés dans leurs périodiques. Les mines sont pensives, voire renfrognées. « On sent bien qu’ils sont tendus le matin, confirme Patrick Saffores, chef pilote et chef de base Province Nice, Marseille, Toulouse. Ils sont généralement plus apaisés le soir. »

D’où la nécessité, le matin, de les choyer, comme l’explique Sandrine, qui travaille principalement sur la navette depuis 8 ans en tant qu’hôtesse de l’air : « Les vols du matin sont peu propices aux échanges. On essaie de faire le moins de bruit possible, d’apporter les oreillers. Le soir, en revanche, on sent quand ils ont réussi à finaliser des contrats : on sert un peu plus d’alcool. » 

L’ambiance n’est toutefois pas la1

La suite est réservée aux abonnés.

Accédez à tous les contenus de Boudu en illimité.
Ou achetez directement le magazine en version pdf