Reportage

Coup de jeûne

Rédaction : Valentin CHOMIENNE,
Illustrateur : Clara DOINEAU,
le 6 décembre 2019 Temps de lecture : 4 min.
Partager : TwitterFacebookMail

Cinq mille français jeûnent au moins une fois par an, en dehors de rites religieux. Passionnés de médecines naturelles, candidats à la détox ou jeûneurs par idéologie, ils sont de plus en plus nombreux à se mettre au défi de l’abstinence alimentaire. C’est le cas de Marie-Chantal Cabanac, naturopathe au centre-ville de Toulouse, qui organise près de Lavaur, des stages intitulés Jeûne et Randonnée.

Le jeûne consiste à ne pas manger. Le principe est simple et... vertigineux. Comment une personne, habituée à trois repas par jour, pourrait-elle ne pas se nourrir pendant plusieurs jours ? Marie-Chantal Cabanac reconnaît les appréhensions et les craintes que peut susciter le jeûne. « La peur est la principale barrière. Pouvons-nous ne pas manger ? N’allons-nous pas dormir toute la journée ? Ne risquons-nous pas de mourir ? Le jeûne est une expérience qui bouscule. Il met le corps en ébullition. Mon rôle est de rassurer et d’apaiser. »

Pour ce faire, la naturopathe met en avant ses expériences. Aujourd’hui, elle jeûne plusieurs jours, trois fois par an. Il y a des dizaines d’années, elle a découvert cette pratique et depuis, elle ne la lâche pas. Elle déclare ne jamais avoir connu de désagréments et ne s’être jamais mise en danger. « Mon corps réclamait le jeûne. Nos corps sont conçus pour connaître des périodes de disette et nous ne l’écoutons plus. Nous n’avons jamais autant mangé. Nous n’avons jamais autant été malade. Le jeûne existe dans la nature. Le manchot empereur est capable de jeûner plusieurs mois. Lorsqu’il est malade, un animal se couche, ne mange pas et attend que ça passe. »

Avant de jouer au bébé manchot sur leur canapé, la plupart des candidats au jeûne font le tour des livres et des sites internet qui disent tout et son contraire sur le jeûne. Fait-il du bien ? Est-il dangereux ? Des mensonges sont-ils proférés à son sujet ? « Le jeûne fait débat, reconnaît Marie-Chantal Cabanac. Il est délicat. Dans la population, il y a de réelles avancées, la curiosité croît, mais les laboratoires pharmaceutiques restent des obstacles. » Les débats peuvent être virulents entre partisans et opposants, les uns reprochant aux autres de1

La suite est réservée aux abonnés.

Accédez à tous les contenus de Boudu en illimité.
Ou achetez directement le magazine en version pdf

À lire aussi dans ce numéro

Format court -

L’ aidant du bonheurAnthony Jean

Le Sicoval, la communauté d’agglomération du Sud-Est toulousain, aime bien les pas de côté. Pendant que sa voisine Toulouse Métropole s’enorgueillit de sa jeunesse, ce territoire lauragais dont Ramonville et...

> Lire l'article <
Vécu -

Brouillé avec le brunch

« Est-ce que tu viens bruncher dimanche ? » Visiblement plus cool qu’un simple déjeuner, le virus brunch se propage à Toulouse, comme ailleurs.

> Lire l'article <
Brunch - Toulouse - Boudu
Enquête -

Vallée de l'OrbielLe paradis empoisonné

[caption id="attachment_12327" align="alignright" width="300"] Denis et Cindy Morel avec leurs enfants[/caption] Au nord de Carcassonne, grimpant vers la montagne Noire, apparaît un petit bout d'Aude au charme fou. La vallée...

> Lire l'article <