Enquête

Jean-Luc Moudenc : « J’appelle les Toulousains à ne pas se laisser enfumer. »

Rédaction : , ,
Photo : ,
le 5 février 2020 Temps de lecture : 8 min.
Partager : TwitterFacebookMail

En 2014, Jean-Luc Moudenc retrouvait son fauteuil de maire chipé par son rival socialiste Pierre Cohen en 2008. Boudu est allé voir celui qui, il y a six ans, promettait de donner un nouvel élan à Toulouse, pour faire le bilan de ses réalisations... et de ses frustrations.

Tout le monde annonce que l’écologie sera la grande cause du scrutin. Qu’en pense le maire de Toulouse ?

Il y a eu coup sur coup, lors des étés 2018 et 2019, des épisodes caniculaires qui ont alerté les Français, plus encore dans les grandes villes qu'en milieu rural. Ces événements ont créé une sensibilité beaucoup plus exacerbée sur ce sujet, ce qui explique que, lors de ces élections municipales, quasiment toutes les listes présenteront des projets d'écologie urbaine beaucoup plus ambitieux que lors des précédents scrutins. Même si le problème est mondial, on doit tous, là où nous sommes, changer nos habitudes et contribuer à la mise en place de nouvelles et bonnes pratiques. 

L'écologie n'a pourtant pas toujours été le cheval de bataille de la droite ni le vôtre. En 2014, vous reprochiez même à Pierre Cohen de vouloir chasser la voiture du centre-ville. Du coup vos opposants vous reprochent une tardive conversion écologique.

Je mentirais si je disais que j'ai toujours eu cette préoccupation à l’esprit. Je pense que j'ai fait le même chemin que beaucoup de citoyens, c'est-à-dire celui d’une sensibilisation progressive. Par contre, je récuse l'accusation de conversion tardive. Si nous affichons en fin de mandat un bilan record en matière de développement durable, c'est bien parce que nous avons engagé des projets dès le début du mandat. Sur la transition énergétique, la grande fierté de ce mandat est que notre municipalité a fait en six ans autant que toutes les municipalités toulousaines en un siècle. On a planté 18 000 arbres, et c'est bien évidemment sur tout un mandat. Je rappelle qu'entre 2008 et 2014, on ne parlait quasiment pas de végétalisation alors qu'il y avait pourtant des Verts au pouvoir au Capitole. Je me reproche1

La suite est réservée aux abonnés.

Accédez à tous les contenus de Boudu en illimité.
Ou achetez directement le magazine en version pdf

À lire aussi dans ce numéro

Format court -

Les mots de Maurice

Les mots des candidats en disent parfois plus long que leur programme. Cette semaine, on se penche sur les expressions favorites d'Antoine Maurice: « collectif », « militant », et « résilience ».

> Lire l'article <
Antoine Maurice Occitanie Naturellement
Portrait -

Antoine Maurice : Le rival vert

Antoine Maurice, trentenaire habile, discret et ambitieux, que Jean-Luc Moudenc présente, non sans malice, comme son rival le plus « dangereux ».

> Lire l'article <
Antoine Maurice Occitanie