retour haut de page

Témoignage

Covid-19, la double peine des soignants


Temps de lecture 1 min

Collage Clara Doineau, BOUDU Toulouse

Des journées éprouvantes et des soirées solitaires sans câlins aux enfants ni contacts. Témoignage du #DocteurBoudu, Nicolas Ohmehr, du centre Covid19 du Lherm, au sud de Toulouse.

« Les répercussions psychologiques du confinement et du Covid19 seront la grande cause de l’après-crise. Elles n’épargneront ni la population ni les soignants. Pour ces derniers, outre la surcharge de travail, il y a la confrontation avec une situation dramatique exceptionnelle, le contact plus fréquent que d’ordinaire avec la mort, et la peur d’y passer soi-même. Pour eux, même le retour à la maison, le soir, n’est pas une partie de plaisir. Moi, quand je rentre, je passe par un petit sas de décontamination que j’ai aménagé dans l’entrée. Puis je file prendre une douche. Je dîne à bonne distance de mes proches. Les câlins à mes enfants sont exclus. Tout juste si je m’autorise à leur passer la main sur les cheveux. Et la nuit, je fais chambre à part. »

Partagez

Qui sommes-nous?

Boudu est un magazine de société qui ambitionne de raconter Toulouse et sa région différemment. Généraliste et indépendant, il est distribué à 12 000 exemplaires dans la grande région toulousaine. Il s’agit d’un magazine de presse écrite, disponible chez les marchands de journaux. Il est édité par la Scop ARL Trente&Un, une coopérative fondée en 2014 par quatre journalistes toulousains.