Reportage

Alexandre ChiavassaChat, Chattam et changement

le 9 avril 2020 Temps de lecture : 3 min.
Partager : TwitterFacebookMail
Dis-moi comment tu te confines et je te dirai qui tu es. Aujourd’hui Alexandre Chiavassa, grand manitou remuant du talk-show toulousain Faut s’le dire, sur radio Occitanie, et animateur de Radio maison pendant le confinement.

Où êtes-vous ?
Dehors à faire la fête avec les copains… Non, chez moi comme beaucoup (j’espère).

Pouvez-vous décrire l’atmosphère qui règne autour de vous, aussi loin que porte votre regard ?
Bizarre, y se passe quoi ? Y a personne dehors…

Que faites-vous de vos journées ?
Radio Maison, télétravail et surtout de grandes discussions philosophiques avec mon chat Gibson. Évidement.

Que faites-vous de vos nuits ?
Je rêve d’extérieur… Et la liste des restaurants que je vais me faire après le confinement.

Que lisez-vous ?
Le signal de Maxime Chattam (ambiance)… Et les notices de toutes les machines que je possède.

Que regardez-vous ?
Votre questionnaire. Ah et la dernière saison de Walking Dead (ambiance, encore) !

Qu’écoutez-vous ?
Les cerisiers sont blancs de Gilbert Bécaud (oui, je suis un homme moderne).

Que mangez-vous ?
N’importe quoi…

De quoi avez-vous peur ?
De l’incompétence en général…

Ce qui vous manque le plus depuis que vous êtes confiné ?
La vie d’avant.

Votre source principale d’information ?
La radio, la télé et Boudu (évidement).

Ce que vous inspirent ces événements ?
Que l’humain a trop déconné. L’espoir d’un changement profond.

La personnalité historique que vous aimeriez ressusciter pour nous sortir du pétrin ?
Léonard de Vinci, toujours un temps d’avance, lui.

La pensée la plus intelligente que vous ayez lue /vue au sujet de ces événements ?
« Restez chez vous. »

La plus idiote ?
Forcément, « allez voter ».

Ce qui vous donne de l’espoir ?
L’éventuelle prise de conscience. Et la saison 4 de La casa de papel.

Ce qui vous aide à relativiser ?
Que le Monde a connu bien pire.

Ce qui vous permet de lutter contre le sentiment de ne servir à rien ?
Les remerciements des gens après notre libre antenne.

La première chose que vous ferez, le premier lieu où vous vous rendrez quand tout cela sera fini ?
Chez mes parents.

La personne qui vous inspire le plus de respect depuis le début de ces événements ?
Difficile comme question… Je vais donc tricher, LES personnes qui bossent pour sauver des vies.

Ce qui ne sera plus jamais comme avant ?
Le lavage des mains, forcément…

Ce que vous vous jurez de changer une fois la crise passée, tout en sachant que vous ne tiendrez pas ce serment ?
Faire, et je vais m’y tenir, tout ce que je me suis empêché de faire par peur de ne pas y arriver, l’espoir d’aujourd’hui sera, peut-être, bénéfique et une force supplémentaire pour demain. (Et arrêter de manger trop gras.)

 

Alexandre Chiavassa

À lire aussi dans ce numéro

Format court -

Moi, maire de Toulouse #02

Boudu a proposé à chaque candidat de se plier à l’exercice de l’anaphore rendue célèbre par François Hollande lors du débat télévisé de l’entre deux-tours l’opposant à Nicolas Sarkozy lors...

> Lire l'article <
Quentin Lamotte
Format court -

Moi, maire de Toulouse #01

Boudu a proposé à chaque candidat de se plier à l’exercice de l’anaphore rendue célèbre par François Hollande lors du débat télévisé de l’entre deux-tours l’opposant à Nicolas Sarkozy lors...

> Lire l'article <
Antoine Maurice
Portrait -

Tchan, L’ovni du scrutin

Rencontrer Peov Chankiry Duch, dit Tchan pour les intimes, a quelque chose de troublant, voire de déconcertant. Dans un contexte général anxiogène-et ce bien avant la propagation de l’épidémie de...

> Lire l'article <