retour haut de page

LES BOUDUCONFINÉ(E)S

Christophe Lèguevaques : Agneau, voix nues, et la promesse des vagues de Saint-Pabu


Temps de lecture 3 min

Dis-moi comment tu te confines et je te dirai qui tu es. Aujourd’hui Christophe Lèguevaques, avocat à Toulouse et Paris, qui vient de lancer une action en justice pour financer la relance de l’économie en utilisant les dividendes du Cac40 et les bonus des traders.

Où êtes-vous Christophe Lèguevaques ?
A Paris, au pied de Montmartre.

Comment vivez-vous le confinement ?
Je m’abrutis de travail pour ne pas voir le temps passer.

Que faites-vous de vos journées ?
Je travaille et je lis. J’essaie d’imaginer le monde d’après qui soit vraiment différent. Du coup, je n’ai plus le temps de regarder toutes les séries qui sont conseillées.

Que faites-vous de vos nuits ?
Vous êtes bien indiscret. Je sais bien que le confinement tend à remettre en cause nos libertés fondamentales mais souffrez que je garde un peu d’intimité, voire de mystère.

Que regardez-vous ?
L’avenir.

Qu’écoutez-vous ?
Parfois, le silence. C’est troublant le silence dans un ville. Sinon, les oiseaux qui me réveillent au petit matin. Et le plus souvent de la musique, toutes sortes de musiques. Des connues, des inconnues, des orchestres symphoniques ou des voix nues.
Ma préférée reste toujours Nina Simone, une des voix du courage.

Que lisez-vous ?
Des romans, des essais, la presse, des BD.
Éclectique.

Que mangez-vous ?
De bons petits plats avec des produits frais et cuisinés avec amour (un agneau de 7h « maison » pour Pâques, un pur délice).

Les bons côtés du confinement ?
On peut rêver que l’on va changer le monde.

Les mauvais côtés du confinement ?
Être séparés de ceux que l’on aime et voir que les forces obscures profitent du chaos pour avancer leurs pions.

Si vous travaillez, pouvez-vous nous décrire l’atmosphère qui règne autour de vous ?
Atmosphère ? atmosphère ? Mmmhm.
Inspirée, motivée, connectée.

Ce qui vous manque le plus depuis que vous êtes confiné ?
Ma liberté de mouvement.

Ce que vous inspirent ces événements ?
C’est la répétition générale avant les grands bouleversements qui nous attendent. Le comprendrons nous ? Aurons-nous l’audace de changer notre civilisation volontairement  ? Ou cela nous sera-t-il imposé par la violence au gré d’évènements incroyables et titanesques. Il est possible que le Covid-19 apparaisse comme une piqure de moustique face aux mouvements tectoniques qui arrivent.

Ce qui vous angoisse ?
La bêtise humaine, la lâcheté.

Ce qui vous donne de l’espoir ?
La solidarité, l’esprit d’invention.

Ce qui vous aide à relativiser ?
Carpe diem.

Votre source principale d’information ?
Je croise les informations et me défie autant des fake news que des informations « officielles ». De la guerre de 14 à Tchernobyl, les pouvoirs sont prompts à mentir.

La pensée la plus intelligente que vous ayez lue/vue au sujet de ces événements ?
Plus rien ne sera plus comme avant, pour autant que l’on s’en donne la peine. De changer nos comportements, nos certitudes et notre mode de production.

La plus idiote ?
C’est un complot de Bill Gates, des illuminati ou que sais-je encore pour supprimer les 2/3 de l’humanité.

Quelle est la première chose que vous ferez, le premier lieu où vous vous rendrez quand tout cela sera fini ?
Courir sur la plage de Saint-Pabu et me jeter dans les vagues.

Une citation, une devise que vous aimez, et qui s’applique parfaitement à la situation actuelle ?
«  Vivons émerveillés sans être dupes. «   Ionesco

La personne qui vous inspire le plus de respect depuis le début de ces événements ?
Les personnels soignants dont je ne connais pas les noms et qui sont mobilisés pour sauver le plus de vies.

Ce qui ne sera plus jamais comme avant ?
La confiance disparue dans une élite défaillante

Ce que vous jurez de changer une fois la crise passée ?
Je me battrai pour changer de gouvernement, de président et de système économique.

Ce que vous vous jurez de changer une fois la crise passée… tout en sachant que vous ne tiendrez pas ce serment ?
De continuer à faire du sport tous les jours pour ne pas m’encrouter.

Partagez

Qui sommes-nous?

Boudu est un magazine de société qui ambitionne de raconter Toulouse et sa région différemment. Généraliste et indépendant, il est distribué à 12 000 exemplaires dans la grande région toulousaine. Il s’agit d’un magazine de presse écrite, disponible chez les marchands de journaux. Il est édité par la Scop ARL Trente&Un, une coopérative fondée en 2014 par quatre journalistes toulousains.