retour haut de page

LES BOUDUCONFINÉ(E)S

Jérémy Morin : Astérix, Annan et Musso


Temps de lecture 3 min

Dis-moi comment tu te confines et je te dirai qui tu es. Aujourd’hui Jérémy Morin, chef étoilé du restaurant L’Aparté, à Montrabé.

Où êtes-vous ?
Chez moi dans ma maison à Launaguet

Comment vivez-vous le confinement ?
Plutôt bien, mais cela commence à être long donc je commence à envisager de revenir en cuisine via la vente à emporter.

Que faites-vous de vos journées ?
Les devoirs avec mon fils, du bricolage et de la cuisine, et toutes ces choses que l’on a jamais le temps de faire, mais maintenant plus d’excuses.

Que faites-vous de vos nuits ?
Je dors.

Que regardez-vous ?
Les infos et des films sur Netflix !

Qu’écoutez-vous ?
– M- , Red hot chili peppers et FIP pour la radio

Que lisez-vous ?
J’ai choisi un romancier contemporain pour m’accompagner pendant le confinement : Guillaume Musso. J’ai lu deux livres depuis le début du confinement, un record pour moi L’appel de l’ange et La vie secrète des écrivains.

Que mangez-vous ?
C’est la saison des asperges donc on en profite, des plats familiaux comme la blanquette de veau, cordon bleu (FAIT MAISON), salades, empanadas (clin d’œil à ma femme).

Les bons côtés du confinement ?
Plus de réveil ! Et le fait d’avoir le temps pour ma famille.

Les mauvais côtés du confinement ?
Le manque des interactions sociales : être avec mon équipe, le contact avec les clients, mes amis et ma famille en Normandie.

Ce qui vous manque le plus depuis que vous êtes confiné ?
Faire de la cuisine pour les clients, faire les courses et choisir les produits à travailler avec l’équipe. Sortir au restaurant en tant que client.

Ce que vous inspirent ces événements ?
Que nous ne sommes pas grand-chose et donc de la fragilité de la vie.

Ce qui vous angoisse ?
« L’après », j’imagine qu’il sera différent en général et pour nous restaurateur aussi (donc vivre dans une certaine forme d’incertitude).

Ce qui vous donne de l’espoir ?
La solidarité que l’on peut apercevoir plus que d’habitude, (ce qui n’était pas forcement une évidence avant tous ces évènements).

Ce qui vous aide à relativiser ?
Ma famille et ceux qui me sont chers sont en bonne santé

Votre source principale d’information ?
Le matin France Info TV, après dans la journée j’évite les infos (pour le moral).

La pensée la plus intelligente que vous ayez lue/vue au sujet de ces événements ?
Revaloriser le savoir-faire français.

La plus idiote ?
En général, ce qui me dérange ce sont les personnes qui face à cette situation inédite, sans précédent, ont un avis sur tout et se permettent de critiquer toutes les mesures prises et mises en place. Le temps est à CHERCHER DES SOLUTIONS.

Quelle est la première chose que vous ferez, le premier lieu où vous vous rendrez quand tout cela sera fini ?
Se faire un resto en famille.

Une citation, une devise que vous aimez, et qui s’applique parfaitement à la situation actuelle ?
« La seule voie qui offre quelque espoir d’un avenir meilleur pour toute l’humanité est celle de la coopération et du partenariat. » Kofi Annan

La personne qui vous inspire le plus de respect depuis le début de ces événements ?
Nos enfants. Leur capacité d’adaptation malgré ce contexte difficile. Ils nous apprennent à apprécier encore mieux la vie !

La personnalité historique que vous aimeriez ressusciter pour nous sortir du pétrin ?
À situation exceptionnelle, personnage exceptionnel : Astérix et Obélix avec leur potion magique !

Ce qui ne sera plus jamais comme avant ?
Les sorties en groupe avec les amis ! Les concerts… tout évènement qui nous permettait d‘être « ensemble ».

Ce que vous jurez de changer une fois la crise passée ?
Faire une heure de sport par jour.

Ce que vous vous jurez de changer une fois la crise passée…tout en sachant que vous ne tiendrez pas ce serment ?
Faire une heure de sport par jour.

Partagez

Qui sommes-nous?

Boudu est un magazine de société qui ambitionne de raconter Toulouse et sa région différemment. Généraliste et indépendant, il est distribué à 12 000 exemplaires dans la grande région toulousaine. Il s’agit d’un magazine de presse écrite, disponible chez les marchands de journaux. Il est édité par la Scop ARL Trente&Un, une coopérative fondée en 2014 par quatre journalistes toulousains.