Enquête

Marc Ivaldi : Petit tour d’horizon de l’économie coronavirusée

Rédaction : ,
Illustrateur : ,
le 14 mai 2020 Temps de lecture : 5 min.
Partager : TwitterFacebookMail

Directeur d’Etudes à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS), l’économiste Marc Ivaldi ne croit pas à la fin de la globalisation. Il pense même que c’est elle qui nous permettra de sortir de cette crise sanitaire. Et de prévenir les prochaines.

Au moment d’écrire ce texte, nous attendons le déconfinement, tout en le redoutant. Même si le bilan est à ce jour très lourd, le confinement a évité des centaines de milliers de décès. Mais le déconfinement est attendu car son coût social et humain est très grand. Certes il a permis de montrer l’inventivité des uns pour donner du baume au cœur aux autres et mettre des sourires sur les lèvres. Il a permis de mettre en œuvre des chaînes de solidarité avec le dévouement de nombreux citoyens qui se sont engagés bénévolement auprès d’associations. Il y a bien sûr les applaudissements à 20h. Il a révélé l’efficacité de moyens de télécommunications qui ont permis le maintien de liens professionnels, familiaux et amicaux. Pourtant on se lasse des apéros numériques, des réunions à distance, on ne supporte plus l’absence des contacts directs, des pauses café où s’échangent informellement des idées. Surtout il y a de la souffrance. Pour certains ce sont les difficultés d’allouer son temps et de faire le grand écart entre télétravail, éducation des enfants et ravitaillement. Surtout il y a tous ceux qui n’ont que le temps à passer dans des appartements exigus, les violences plus ou moins graves, les contraintes sur l’approvisionnement avec de longues queues. Il y a pour tous, la perte de notre liberté fondamentale, celle de se déplacer où bon nous semble quand bon nous semble. Ce déconfinement est aussi attendu pour tous ceux qui craignent le chômage, et par tous les chefs d’entreprise qui craignent la faillite. Cette période de confinement, même si elle a réussi à conserver le milieu hospitalier en-dedans des capacités maximales de réanimation, coûte cher aux français, très cher, 100 millions d’euros par heure.

Cependant ce temps de déconfinement est redouté, tout d’abord parce1

La suite est réservée aux abonnés.

Accédez à tous les contenus de Boudu en illimité.
Ou achetez directement le magazine en version pdf

À lire aussi dans ce numéro

Conversation -

Aurélien Pradié : Le bleu des Causses

Le très parisien jury du Trombinoscope a remis à Aurélien Pradié le prix du député français de l'année. Il n'est pourtant pas du sérail. Plutôt des causses du Quercy.

> Lire l'article <
Aurélien Pradié Les Républicains