Enquête

Sylvie Corroler-Talairach : La cellule intérieure

Rédaction : ,
Illustrateur : ,
le 14 mai 2020 Temps de lecture : 4 min.
Partager : TwitterFacebookMail

Directrice de la fondation Espace Écureuil pour l’art contemporain depuis 2004. S’estimant privilégiée par sa situation matérielle, elle s’interroge sur les inégalités et l’expérience doublement intérieure du confinement.

La pile de livres à lire ne diminue pas si vite, l'envie n'est pas là, des heures de séries idiotes pour oublier, avec forte culpabilité.

J'apprends qu'un confinement n'a rien à voir avec la volonté tant convoitée du « ne rien faire » des vacances.

J’apprends qu'il sait miner de l'intérieur ce temps vacant. Je sais voir comment il fait apparaître si crûment, violemment, toutes sortes d'inégalités sociales et culturelles. La taille de nos habitats qui joue sur notre capacité à nous supporter. Cela vaut autant pour le gentil petit couple qui va devoir réinventer le mot amour pour ne pas le perdre, que pour la famille de cinq personnes qui partage un 20m2 insalubre sans que cela, avant, ne nous ait jetés dans les rues, protestant de cette ignominie. Le service public et ses compétences qui s'est évertué à crier au désastre, au meurtre, à l'étouffement. Et encore, ceux-là avaient de la voix. Les autres, les visibles d’aujourd'hui – invisibles d'hier, qu'on héroïse maintenant, ça ne mange pas de pain…

J’apprends qu'aujourd’hui, confinée, je ne peux rien faire, rien, rien… Je me prends à espérer que demain, je pourrais, je saurais. Comment ? C'est demain qui me l'apprendra.

Comme c'est aujourd’hui que j'apprends de l'expérience, le confinement, en le vivant, l'éprouvant, certains jours.

Femme de culture, ce sont dans les œuvres d'art que je me ressource, me nourris. En 2014 je découvre une œuvre de Bill Viola qui me bouleverse. Pas du tout la plus belle, la plus fulgurante, la plus fascinante, comme peuvent être certaines de ses vidéos. Elle s'appelle Catherine's room. Une même chambre, cinq fois, cinq vidéos de 18 minutes, une femme aux cheveux très courts, aux gestes mesurés, cinq actions comme des rituels,1

La suite est réservée aux abonnés.

Accédez à tous les contenus de Boudu en illimité.
Ou achetez directement le magazine en version pdf

À lire aussi dans ce numéro

Conversation -

Aurélien Pradié : Le bleu des Causses

Le très parisien jury du Trombinoscope a remis à Aurélien Pradié le prix du député français de l'année. Il n'est pourtant pas du sérail. Plutôt des causses du Quercy.

> Lire l'article <
Aurélien Pradié Les Républicains