retour haut de page

Portrait

Madame Capitole – Corinne Mascala

PAR Claire VILLARD | Photographie de Rémi BENOIT et Matthieu SARTRE
Temps de lecture 5 min

Corinne Mascala Boudu

Depuis l’accession de Régine André-Obrecht à la présidence de l’Université Paul-Sabatier, toutes les facs de Toulouse sont dirigées par des femmes. En 2016, c’est la fac de droit, pourtant généralement brocardée par le Mirail et Paul-Sab pour son conservatisme, qui avait montré la voie en portant à sa tête sa vice-présidente, Corinne Mascala, dont le mandat s’achève dans quelques semaines.

« La marque de fabrique de notre université, c’est un peu : Créé en 1229” », ironise Cécile Chicoye, directrice générale des services. Ici, nous ne sommes pas de grands révolutionnaires ! » Pourtant, en 2016, Toulouse 1 devient la première université toulousaine à placer une femme à sa tête. Le doyen de la faculté de droit, Philippe Nelidoff, se réjouit de cette première : « On présente toujours les juristes comme conservateurs mais on n’a pas été en retard ! » Une demi-boutade car si tous assurent que Corinne Mascala a été élue pour ses compétences et non pour offrir une image moderne de l’université, chacun reconnait une part de fierté dans le fait d’avoir poussé dans le sens de la parité.
« Jamais une femme n’avait été élue, mais surtout, jamais une femme ne s’était présentée », nuance la professeure en droit privé. Dans le monde de l’enseignement et de la recherche, la parité est respectée jusqu’au statut de maître de conférences, où près d’un poste sur deux est occupé par une femme. Au grade au-dessus, en revanche, soit celui de professeur d’université, les titulaires sont aux trois-quarts masculins. Comme si le fameux plafond de verre se situait précisément entre ces deux échelons. Et logiquement, plus haut, c’est encore moins accessible (12 femmes sont à la tête des 88 universités françaises, contre seulement 7 en 2012).
Tout n’a cependant pas été aisé au cours de cette campagne, où le fait d’être une femme n’était pas toujours…

Achetez le magazine en pdf ou en papier pour lire la suite
Lire la suite

Partagez

Qui sommes-nous?

Boudu est un magazine de société qui ambitionne de raconter Toulouse et sa région différemment. Généraliste et indépendant, il est distribué à 12 000 exemplaires dans la grande région toulousaine. Il s’agit d’un magazine de presse écrite, disponible chez les marchands de journaux. Il est édité par la Scop ARL Trente&Un, une coopérative fondée en 2014 par quatre journalistes toulousains.