Reportage

Karnage clubPetit pétage de câbles entre amies

Rédaction : Claire VILLARD,
Photo : Rémi BENOIT,
le 4 septembre 2020 Temps de lecture : 5 min.
Partager : TwitterFacebookMail

Tout casser sans retenue. On pourrait croire à un dispositif cathartique prescrit par un thérapeute. Il s’agit pourtant bien de divertissement. Ce loisir d’un genre nouveau venu des États-Unis, s’est installé à Toulouse à l’enseigne du Karnage Club. Une salle de casse dans laquelle Boudu a accompagné quatre copines venues fêter un anniversaire à coups de haches et de battes de baseball.

Ce samedi, Noémie fête ses quarante ans. Ses trois copines, Julie, Stéphanie et Massandjé, lui ont organisé une activité surprise. « L'escape game, on l'avait déjà fait. On voulait quelque chose d'original. » Elles se sont mises d'accord pour une salle de casse, connue outre-Atlantique sous le nom de « rage room ». Le principe est simple : tout casser dans une pièce dédiée. Un seul site à Toulouse propose cette expérience. Il répond au doux nom de Karnage Club.
Cela se passe à Montaudran. À l'entrée, de grands caractères noirs et orange : l'identité visuelle respire la testostérone. En poussant la porte, on s'attend à tomber nez à nez avec des armoires à glace en colère. Face au bar qui fait office d'accueil - où l'on privilégiera une bonne pinte pour se sentir dans le thème -, cinq cibles, destinées au lancer de haches, l'autre offre du Karnage Club. Des bûches au sol, une photo de chef indien imposant, des PC portables à moitié broyés… mais point de rugbymen barbus en action. Au contraire, les quatre amies s'esclaffent en tentant de se familiariser avec les haches. Noémie, son serre-tête rose à paillettes " Party Time " bien vissé sur la tête, se concentre sur son objectif, déroule le poignet et lance l'arme. Pas loin. Les filles ont réservé une cible durant une heure, en attendant de passer à la salle de casse. Elles ne sont pas allées jusqu'à vêtir les chemises à carreaux façon bûcheron à disposition des joueurs voulant se la jouer homme des bois, mais tentent sérieusement d'améliorer leur technique. De temps à autre, une lame se plante d'un bruit sec, et elles sautillent de fierté.
Pendant ce temps, Guillaume, le patron, prépare la salle. Il y dispose du matériel informatique, des bouteilles vides, du petit mobilier, un échantillon de ce qu'il récupère chaque1

La suite est réservée aux abonnés.

Accédez à tous les contenus de Boudu en illimité.
Ou achetez directement le magazine en version pdf

À lire aussi dans ce numéro

Portrait -

Corinne MascalaMadame Capitole

Depuis l'accession de Régine André-Obrecht à la présidence de l'Université Paul-Sabatier, toutes les facs de Toulouse sont dirigées par des femmes. En 2016, c'est la fac de droit, pourtant généralement...

> Lire l'article <
Corinne Mascala Boudu
Récit -

Colomiers RugbyLes années bonheur

En tête du championnat de Pro D2 avant l'arrêt de la saison, Colomiers Rugby espérait encore retrouver l'élite du rugby français. L'occasion de rappeler que, dans les années 1990, le...

> Lire l'article <
Colomiers Rugby - Boudu
Portrait -

Valérie DupontL'autre face

En novembre, L'autre fêtera son dixième anniversaire après 6 mois de fermeture pour cause de Covid. Boudu s'est intéressé à la personnalité de sa patronne, Valérie Dupont, une égérie de...

> Lire l'article <
Valérie Dupont