Enquête

le RIPPense-bêtes

Rédaction : Sébastien VAISSIERE,
Photo : Rémi BENOIT,
le 14 octobre 2020 Temps de lecture : 7 min.
Partager : TwitterFacebookMail

Ces trois derniers mois, trois initiatives d’envergure en faveur du bien-être animal ont été initiées dans le pays. Un référendum d’initiative partagée (RIP) signé par huit députés d’Occitanie ; une proposition de loi du groupe parlementaire de Cédric Villani, qui sera discutée le 8 octobre à l’Assemblée ; et une autre proposition de loi annoncée fin septembre par la ministre de la Transition Écologique, qui s’est fait un plaisir de couper l’herbe sous le pied du dissident Villani. Une jungle de lois et d’initiatives, qui signent la nouvelle passion des parlementaires pour le bien-être animal… et leur appétit pour les voix qui vont avec.

Le 28 septembre dernier, jour de son 86e anniversaire, Brigitte Bardot s’est fendue sur Twitter, et à l’encre bleue, d’un message pressant à l’adresse du gouvernement : « J’attends toujours depuis 47ans que ceux qui nous mènent dans le mur aient un geste pour l’amélioration de la condition animale en France ! C'est peut-être mon dernier anniversaire. Depuis le temps que j’attends, je n’ai plus le temps d’attendre ».
Le lendemain, à peine les bougies éteintes, « ceux qui nous mènent dans le mur » prenaient la parole par l’intermédiaire de Barbara Pompili, qui annonçait la fin progressive des delphinariums, des élevages de visons d’Amérique à fourrure, et des animaux sauvages dans les cirques itinérants. Devancés d’une petite dizaine de jours par la ministre, les dissidents LREM réunis sous la bannière du groupe Écologie Démocratie Solidarité, promettent de faire mieux avec leur proposition de loi. Interdiction d’élever un animal pour sa fourrure, interdiction des spectacles d’animaux vivants d’espèces non domestiques, interdiction de la chasse à courre, disparition progressive de l’élevage en cage et des élevages n’offrant pas aux animaux un accès au plein air… les propositions sont nombreuses et font étonnamment penser à l’initiative lancée en juillet par le journaliste Hugo Clément et le patron de Free Xavier Niel : le référendum d’initiative partagée (RIP) pour les animaux, qui vise à interdire l’élevage en cage, l’élevage à fourrure, la chasse à courre, les spectacles d’animaux sauvages et l’expérimentation sur les animaux quand une alternative existe, et, à terme, l’élevage industriel.Dispositif législatif en forme d’usine à gaz, le RIP donne la possibilité à des citoyens soutenus par des parlementaires, de soumettre au vote de l’Assemblée une proposition de loi. Pour cela, 185 signatures de députés et sénateurs doivent être recueillies (c’est presque fait) auxquelles doivent s’ajouter 4,7 millions de signatures de citoyens (une autre paire de1

La suite est réservée aux abonnés.

Accédez à tous les contenus de Boudu en illimité.
Ou achetez directement le magazine en version pdf

À lire aussi dans ce numéro

Interview -

Rémi GaillardUn bon coup de pression

Aux dernières municipales, pendant que le parti animaliste toulousain recueillait 1,52% des voix, le Youtubeur montpelliérain Rémi Gaillard passait à 200 voix à peine du 2e tour. Ce vidéaste connu...

> Lire l'article <
Interview -

Maryse CarrarettoDernières nouvelles de la civilisation rurale

Anthropologue spécialiste en ethnologie des sociétés rurales européennes, Maryse Carraretto a longtemps étudié la place des animaux dans la ruralité. Cette enseignante et chercheuse associée au Laboratoire interdisciplinaire Sociétés Solidarités...

> Lire l'article <
Maryse Carraretto
Interview -

Jean-François Renac« Arrêtons la cacophonie »

Mi-septembre, les professionnels de l'événementiel et du spectacle, réunis au sein du collectif Alerte rouge, ont éclairé plusieurs bâtiments de la ville en rouge pour alerter l’opinion publique sur les...

> Lire l'article <
Boudu- Jean-François Renac