Enquête

Henri MartinEncore un Martin

Rédaction : Sébastien VAISSIERE,
le 4 novembre 2020 Temps de lecture : 7 min.
Partager : TwitterFacebookMail

Les Anglais le badent. Les Ricains l’encensent. Le Lot l’adule et Bordeaux l’estime. Les collectionneurs se l’arrachent à des prix hors de portée des musées de notre région. Et nous, Toulousains, passons devant ses toiles sans même les voir. Il est donc urgent de redécouvrir le Toulousain Henri Martin à la triple faveur de l’expo temporaire du musée de Lodève, de la réouverture annoncée du musée de Cahors, et du regard neuf posé par le monde de l’art sur ses premières toiles, dans lesquelles, derrière le Martin académique, le Martin pointilliste ou le Martin coloré des vieux jours, se cache encore un Martin de jeunesse, symboliste, mélancolique et mystérieux.

Mais si. Vous savez bien…
Henri Martin. Celui qui a peint « Les rêveurs » qu’on voit au Capitole. Dans cette pièce en long qui mène salle des Illustres. Mais si. Cette grande toile avec Jaurès et d’autres barbus à chapeau qui lambinent sur les marguerites des berges de Garonne, dans la lumière orangée du printemps toulousain. Voilà, vous y êtes. Henri Martin. Celui devant les œuvres duquel nous passons sans les voir, par dédain, indifférence ou paresse, au Capitole comme au Salon rouge du musée des Augustins. Ne vous en blâmez pas, on fait tous pareil. Et d’ailleurs, le directeur des Augustins, Axel Hémery, a une explication : « On se méfie de lui parce que sa peinture est facile d’accès. On y trouve tout de suite le meilleur. C’est une peinture du bonheur fugitif qui parle à tout le monde. De même, on se méfie de son statut de peintre de commandes. Et le public n’aime pas les peintres officiels ».

Le regard porté sur Henri Martin est pourtant en train de changer. Sandra Buratti-Hasan, conservatrice du patrimoine du musée des Beaux-Arts de Bordeaux qui abrite une trentaine de toiles du peintre, annonce même sa sortie du purgatoire : « On observe chez les artistes du XXe siècle qui ont été au cœur des grandes commandes, une forme de gloire qui les a desservis. Aujourd’hui, on regarde à nouveau ces artistes et leur travail. Les yeux sont un peu plus propres. Le temps a passé. Les grandes avancées sont faites. On n’est plus dans la posture, ni dans la1

La suite est réservée aux abonnés.

Accédez à tous les contenus de Boudu en illimité.
Ou achetez directement le magazine en version pdf

À lire aussi dans ce numéro

Reportage -

Sur les traces de Jean Castex

Le 3 juillet, le président de la République nommait à la surprise générale Jean Castex Premier ministre. Inconnu du grand public, cet énarque de 54 ans, conseiller à la Cour...

> Lire l'article <
Chez Jean Castex
Format court -

Portrait craché

En 5 ans, plus d’un millier de personnes se sont exprimées dans Boudu. Profitant que les guillemets soient ouverts, elles ont souvent glissé une analyse, un compliment ou une vacherie...

> Lire l'article <
Portrait des Toulousains
Enquête -

Henri MartinEncore un Martin

Les Anglais le badent. Les Ricains l’encensent. Le Lot l’adule et Bordeaux l'estime. Les collectionneurs se l’arrachent à des prix hors de portée des musées de notre région. Et nous,...

> Lire l'article <
Henri Martin peintre