Format court

Portrait craché

le 4 novembre 2020
Partager : TwitterFacebookMail

En 5 ans, plus d’un millier de personnes se sont exprimées dans Boudu. Profitant que les guillemets soient ouverts, elles ont souvent glissé une analyse, un compliment ou une vacherie à propos de Toulouse ou des Toulousains. Une suite de considérations lapidaires et subjectives dont l’énumération brosse un portrait fidèle de notre ville et de ses habitants.

De la souffrance
« Derrière le mythe de Toulouse ville industrielle prospère où tout va bien pour les Toulousains, il y a des souffrances énormes. »
Laurent Maunier, consultant CHSCT

De la saucisse
« À Toulouse le vendredi matin, on s’accorde de la saucisse au petit-déjeuner. »
Karsten Fröhle, délégué syndical

Du fronton
« Quand on conseille un fronton à Toulouse, il faut toujours se justifier. Et presque s’excuser auprès du client. »
Thomas Cabrol, ex-patron du n°5 Wine Bar, élu meilleur bar à vins du monde

Des cœurs d’artichaut
« Les Toulousains sont sensibles. »
Quentin Charoy, candidat animaliste à la mairie de Toulouse

Des jamais contents
« Quand j’y suis, Toulouse m’énerve. Quand je n’y suis pas elle me manque. Bref, je suis Toulousain. »
Philippe Guionie, photographe

Des manières qui se perdent
« Dans les années 1960, à Toulouse, tu ne pouvais pas sortir dans la rue sans dire bonjour aux gens. »
Gabriel Sandoval, écrivain

Des coudes qui se lèvent
« À Toulouse, il y avait un bar dans l’entreprise. Du coup, le soir, quand les gars de Paris étaient dans les embouteillages, ceux de Toulouse buvaient le Pastis. »
Alain Di Crescenzo, président de la CCI Occitanie

Des complexes de provinciaux  
« À Paris, à part Nougaro, le rugby et la saucisse, ils ont du mal à situer Toulouse. »
Martin Le Gall, réalisateur

Des baffes qui se perdent  
« Les Toulousains manquent de civisme. »
Catherine Lemorton, ancienne députée PS

Des avantages et des inconvénients  
« J’aime le côté village de Toulouse même si je déteste son côté pipelette. »
Christian Authier, écrivain

Des vieux cons
« Si je jouais avec le mec avec lequel j’ai débuté, on serait un duo de vieux cons. Et un duo de vieux cons à Toulouse, il y en a déjà un. »
Jean-Jacques Cripia, comédien en duo

Des rues sales
« En 1968, le centre-ville de Toulouse était un taudis. »
Robert Marconis, professeur de géographie

Des idées et des urnes en contradiction
« Les Toulousains sont majoritairement de gauche. »
Jean-Luc Moudenc, maire Les Républicains de Toulouse

Des V.I.P.
« À Toulouse, il n’y a jamais eu que deux V.I.P.  : Claude Nougaro et Ticky Holgado. »
Arnaud Chérubin, figure de la nuit toulousaine

Des hypocrites
« Toulouse, c’est très derrière les tentures, un peu chattemite, comme disait Molière. »
Philippe Saurel, ancien maire de Montpellier

Des fractures  
« À Toulouse vous avez d’un côté l’excellence de TSE et de l’autre le Mirail, une formidable fabrique à chômeurs. »
Philippe Chalmin, historien et économiste

Des vendeurs de clope à la sauvette
« Toulouse, pour les jeunes de Mostaganem, c’est comme un hameçon jeté à la mer. Tôt ou tard, chacun finit par y mordre. »
Hamed, jeune habitant de Mostaganem

Des clichés
« Toulouse porte une telle réputation de manque de soutien à l’art contemporain, que ceux qui y restent finiront par être taxés de losers. »
Marianne Plo, plasticienne

Des appétits  
« Quand je suis à Toulouse, je mange tout le temps de la saucisse. Quand je n’y suis pas, j’en cherche partout. »
Benoît Delépine, grand reporter à Groland

À lire aussi dans ce numéro

Portrait -

TitoL'enchanteur

Sur la scène d’Odyssud où Édouard Baer présente ce mois-ci sa dernière pièce, les Toulousains familiers des nuits de Victor-Hugo, du gras de Noir de Bigorre et du son de...

> Lire l'article <
Enquête -

Henri MartinEncore un Martin

Les Anglais le badent. Les Ricains l’encensent. Le Lot l’adule et Bordeaux l'estime. Les collectionneurs se l’arrachent à des prix hors de portée des musées de notre région. Et nous,...

> Lire l'article <
Henri Martin peintre
Reportage -

Sur les traces de Jean Castex

Le 3 juillet, le président de la République nommait à la surprise générale Jean Castex Premier ministre. Inconnu du grand public, cet énarque de 54 ans, conseiller à la Cour...

> Lire l'article <
Chez Jean Castex