Format court

Une p'tite dose de bonnes nouvelles

le 2 avril 2021 Temps de lecture : 10 min.
Partager : TwitterFacebookMail

La mauvaise nouvelle est le carburant de l’époque comme la bouse celui du bousier et le quinoa celui du vegan. Elle seule mène au clic, au buzz, au clash. Seulement voilà, depuis un an, la Covid ajoutant son lot quotidien de stats morbides et de drames humains aux grandes tragédies et aux petites misères habituelles, les mauvaises nouvelles ont fini par rendre impossible toute pensée positive. D’où le défi que nous nous sommes lancés à la rédaction ce mois-ci : trouver 34 raisons de se réjouir. Nous y sommes parvenus à force de bonne volonté et de mauvaise foi. Et autant le dire tout suite : pour s’égayer 34 fois à la lecture des lignes qui suivent, il faudra savoir se réjouir de tout, y compris du malheur des autres.

Mauvaise nouvelle, la grippe aviaire touche les élevages gersois.
Bonne nouvelle, la pandémie booste les ventes de sex toys.

 

Il faut se réinventer, je me suis reconverti dans le canard vibrant

@laurent gonzalez

@laurent gonzalez

Merci et chapeau bas
À 32 ans, Thomas Farge, chercheur doctorant au centre de recherche en cancérologie de Toulouse, a été distingué en février par la fondation Arc pour ses travaux sur la résistance de certaines leucémies à la chimiothérapie. Ses recherches pourraient améliorer à moyen terme l’efficacité des traitements.

Caprin c’est pas fini
Disparu au tournant du millénaire, le bouquetin des Pyrénées est de retour dans le massif par la grâce d’un programme de réintroduction franco-espagnol amorcé en 2014. La population de cet animal endémique (400 individus) qui ne mange ni les moutons ni les randonneurs est déclarée viable depuis quelques mois.

Mémés durables
Les derniers chiffres nationaux de l’Insee révèlent que c’est dans le Gers et l’Aveyron qu’on vit le plus vieux. Les Aveyronnais vivent en moyenne 80 jours de plus que les Gersois, dont l’espérance de vie atteint 82,6 ans. Dans la population la plus âgée, les femmes sont surreprésentées. 80% des centenaires de notre région sont des femmes.

2020 + Covid-19 = 21 Neo
Remis sine die il y a pile un an pour cause de Covid, le projet de création d’une nouvelle chaîne d’assemblage pour l’A321 Neo est relancé. On parle d’un demi-millier d’emplois consolidés pour le montage de cet avion dont la taille modeste pourrait correspondre parfaitement aux usages du monde d’après.

Le canal des chevelus
On le sait, la disparition des platanes est inéluctable sous nos latitudes, y compris à Toulouse. Victimes d’un champignon importé en France par l’armée américaine lors du débarquement en Provence de 44, ils seront tous abattus à brève échéance. Par bonheur, ils seront remplacés par des chênes chevelus, arbres majestueux et truffiers que les Voies Navigables de France sèment déjà au bord du canal. Ces 12 derniers mois, malgré la Covid, les VNF ont récolté 600 000 euros de dons pour financer l’achat de plants qui feront de l’ombre à nos arrière-petits-enfants

Claudouss Nougakim
Il y a trois ans, la famille Nougaro confiait à Mouss et Hakim, la fratrie remuante de Zebda, une dizaine de textes du grand Claude jamais mis en musique. Les deux Toulousaings s’en sont saisis avec respect mais malice pour en tirer un album inouï à paraître en septembre. En bonus, une étonnante reprise de Nougayork qui rappellera des souvenirs aux fidèles de Boudu.

TAT à yoyo
Ascenseur émotionnel pour le studio d’animation toulousain TAT productions. Leur film Terra Willy, présélectionné aux Oscars qui auront lieu ce mois-ci, a finalement raté de peu la sélection finale. L’équipe se consolera avec la note maximale obtenue il y a quelques semaines par l’entreprise à l’indice européen d’égalité des sexes (Gender Equality index). Champagne !

Miss Couscous
Hamid Miss, chef du resto toulousain La Pente Douce, a remporté le titre de meilleur couscous de France remis par l’émission de Paris Première Très très bon. Distinction obtenue face à 108 concurrents de l’hexagone. Hélas, depuis l’annonce de cette info en novembre, les restos sont fermés. À la rédac on attend fébrilement, serviette au cou et fourchette à la main.

Des buts au Tèf
Hier encore TFC rimait avec stérilité, Violets avec « à côté » et Tèf avec pas bézef. Désormais, devant des travées vidées de leurs spectateurs, les Toulousains enfilent les buts avec un naturel déconcertant. 55 buts en 30 matchs. Dommage que personne ne soit là pour applaudir.

Ciel quiet
Les riverains des couloirs aériens de la ville n’en finissent pas de se réjouir de l’absence d’avions dans le ciel. Ils ont retrouvé goût à la grasse mat’ et aux siestes sans boules Quies. Chantal Beer-Demander, (présidente du Collectif contre les nuisances aériennes) confirme : « En 2019 avant la crise, c’était plus de 100 000 mouvements par an, 100 000 personnes survolées, 21 vols chaque nuit entre 22 heures et 6 heures dont 7 entre minuit et 6 heures. Maintenant on est à un peu plus de 30 % de ce trafic. »

Question de point de vue
Bonne nouvelle pour les ados accros à l’écran*. Pour 70 % d’entre eux le temps passé devant les écrans a bondi : nombre de parents ont déposé les armes face au confinement, couvre-feu et autres « cessations » d’activités. Pubères et pré-pubères s’appliquent donc consciencieusement à peaufiner leur moyenne… de 4h30 d’écran par jour ! (soit, sur 16 ans, l’équivalent de 30 années scolaires !)
(*) Source Report Card.

Double dose de père
Deux fois plus de couches, deux fois plus de rototos, et la fin du joker nocturne à 4 heures du matin : « Non mais moi je ne me lève pas, demain je bosse. » À partir du 1er juillet, les nouveaux nés de l’été verront leur papa pendant 28 jours au lieu de 14. Peton à peton vers l’égalité femmes-hommes.

Des pizzas comme des petits pains
Les parents épuisés par un an de fourneaux ont cédé à l’appel de la pizza qui caracole en tête des plats de livraison à domicile, tandis que cette dernière enregistre une croissance de + de 48 % par rapport à 2018 (chiffre Food service vision). Merci le couvre-feu, qui a également offert Netflix aux rejetons des derniers parents réticents.

Pour vivre heureux…
« Le masque a de bons côtés : il cache les boutons d’acné trop moches et les appareils dentaires », témoigne une collégienne du quartier Saint-Cyprien. En plus des corolaires de l’âge dit « ingrat », le masque camouflerait l’écolier bavard, qui peut ainsi manifester sa verve en toute impunité.

La fin de « T’ar ta gueule à la récré »
Fini le vacarme assourdissant des cours de récré. Le dernier protocole sanitaire impose des récrés en petits comités : « C’est moins de conflits et de violence » affirme un enseignant du quartier Papus et « la sensation d’avoir une vue d’ensemble sur la journée des enfants », garantit une maîtresse de Croix-de-Pierre. On nuancera par la parole d’un petit cœur d’artichaut « Trop triste de ne plus voir son amoureuse qui est dans l’autre CM1. »

Gloire pyrénéenne
L’Ariégeoise Perrine Laffont a remporté l’épreuve de ski de bosses en simple au championnat du monde d’Almaty (Kazakhstan) le 8 mars dernier. Avec cette 21e victoire en compétition, elle décroche toutes les médailles d’or qu’il lui était possible d’obtenir !

Bonnes feuilles
À Tournefeuille les oiseaux, les insectes et les chauves-souris sont dans le viseur. Pas pour les abattre, mais pour les recenser. La commune a entamé mi-mars l’élaboration de son Atlas de la biodiversité destiné à mieux connaître et donc mieux protéger la faune et la flore de la commune. Les jardiniers de la Ville aident en parallèle les habitants à fabriquer nichoirs et hôtels à insectes et à les installer dans leur jardin. Ce sera bientôt pension complète pour les bestioles.

Prix spécial
Les initiatives locales se multiplient pour améliorer le sort des étudiants durement touchés par la crise sanitaire. Carrefour Compans propose des repas à 2€, l’espace de coworking Ô Local leur réserve des espaces à 1€ par jour, et des restaurants comme la Bier Akademie de Cornebarrieu offre gracieusement des plats.

Bonne humeur virale
En exécutant des pas de danse farfelus place Victor-Hugo, enceinte sur l’épaule et musique à fond, Yanis, alias TheSuperboomJ, a recueilli 9,5 millions de vues sur TikTok. Sa bonne humeur contagieuse a poussé les passants à le rejoindre spontanément, et donné la bougeotte à des internautes du monde entier.

Jeux est un autre
Alors que le couvre-feu et les restrictions locales renforcent le lien d’amour-haine que nous entretenons avec nos écrans, les bibliothèques toulousaines rappellent que leur catalogue de location contient aussi des jeux vidéo.

Les caves se rebiffent
Le Français confiné se régale de fromages affinés. C’est ce que révèle le baromètre annuel de la consommation de produits laitiers publié par FranceAgriMer. En 2020, la conso de mozza a bondi de + 28,2 % et celle de fromage à raclette de 12,2 %. Par bonheur, l’engouement profite aussi aux fromages d’Occitanie, avec une hausse de 5,4 % de la consommation nationale de Roquefort.

Bordeaux capitale de la malbouffe
Plutôt que de moquer notre fronton, les Bordelais feraient mieux de surveiller leurs restos. Cette année encore, la cité aquitaine s’est vue remettre le titre de capitale de la malbouffe avec 0,196 enseigne de fast-food pour 1000 habitants. À ce triste palmarès, Toulouse n’arrive qu’en 17e position. La première ville d’Occitanie est Perpignan, 10e.

Et avé vos nuggets, un Saint-émilion comme d’habitude ?

@laurent gonzalez

@laurent gonzalez

 

Always look on the bright side of life
La fermeture des bars ne fait pas que des malheureux. Les riverains de la place Saint-Pierre profitent d’une cure de remise en forme sans beuglements éthyliques, sans chansons paillardes et avec sommeil à volonté. Et ceux qui la traversent au petit matin pour aller bosser ne sont pas tenus de slalomer entre les flaques d’alcool mal digéré sur le chemin du bureau.

90 000 km en moins par jour
Mission accomplie pour le projet Commute, expérimenté depuis trois ans dans la zone aéroportuaire de Toulouse-Blagnac. Chaque jour, c’est l’équivalent de deux tours du monde en voiture individuelle qui ont été supprimés. Une économie de 17 tonnes de gaz à effet de serre permise, notamment par le covoiturage et le vélo.

Malhonnêtes, peut-être, mais moins que les Parisiens
Les Toulousains sont malhonnêtes. C’est une étude publiée début mars et menée par une société allemande spécialisée dans l’analyse de donnée automobile qui le dit. La cité gasconne est placée à la 55e place sur 75 au palmarès de l’honnêteté. Bonne nouvelle, Paris est derrière nous.

Bougez
La Poste et le Gérontopôle du CHU de Toulouse se sont associés pour former des facteurs au dépistage de la perte d’autonomie chez les seniors. En phase d’expérimentation depuis début mars, les facteurs de cinq communes de Haute-Garonne enfilent la casquette d’assistant médical pour prendre soin des plus de 70 ans.

Gaspi le magnifique
La municipalité devrait mettre en place ce mois-ci une mesure anti gaspi très attendue : la revente à prix dérisoire des denrées non consommées dans les cantines de la Ville, via l’application Too good to go. Une partie des restes sera aussi compostée. Pas certain que ça motive les enfants à finir leurs épinards mais la planète et les petits budgets disent merci.

– Maman, qu’est-ce qu’on mange ce soir ?
– Les brocolis que t’as pas mangés à midi à la cantine

@laurent gonzalez

@laurent gonzalez

Poutous
D’après les sondeurs compulsifs, la presse parisienne et les faiseurs de classement sur internet, la Ville rose nous donne toutes les raisons d’être heureux. 3e ville où il fait bon vivre selon l’Express, 4e ville familiale pour le Figaro, 3e ville où les habitants sont les plus sympas selon les utilisateurs de Topito. Si vous n’êtes pas d’accord, c’est vraiment que vous n’y mettez pas du vôtre.

Faire-patte de naissance
Chose rare en captivité, un beau bébé hippopotame de 25 kilos a vu le jour au mois d’octobre à Plaisance-du-Touch. Avec l’arrivée des beaux jours, la petite hippopotame va enfin pouvoir sortir de son abri chauffé. Cet animal protégé passera les 40 ans de sa vie chouchouté par les soigneurs du zoo occitan.

Assis bonanga
On n’osait même pas en rêver… pourtant le festival Rio Loco aura bien lieu. Du 13 au 20 juin, la Prairie des filtres s’emplira le soir venu de rythmes africains. Dans le respect des gestes barrières bien entendu, avec un accès limité à 5000 personnes évidemment, et en présence d’un public conquis mais invité à rester assis. Commencez donc dès aujourd’hui à travailler le mouvement de tête, le claquement de doigts et la danse des sourcils.

Fute à gaz
Traumatisé par une gamelle à moto et 17 fractures, le Toulousain Xavier Bouquillard de Milleret s’est juré d’inventer un moyen de protéger les jambes des motards. Après de longs mois de travail au sein de sa startup CX Air Dynamics, il commercialise depuis quelques semaines un surpantalon airbag unique au monde protégeant le bas du corps. Ça fait moins rider que le futal à franges, mais c’est plus sûr.

La ferme
Pas de bonnet d’âne pour la ferme gersoise du Hitton qui a remporté en mars dernier le titre de « Ferme préférée des Français », énième émission patrimoniale présentée par Stéphane Bern sur France 3. Cécile et Manu élèvent ânes et ânesses et cultivent des aromatiques pour produire des cosmétiques bio.

Mercier beaucoup
Le retour en grâce de la couture conjugué au désœuvrement des confinements profitent aux merceries du web. Premier vendeur de tissu en ligne de l’hexagone, la PME gaillacoise Ma Petite Mercerie, vient de découper son 15000e kilomètre d’étoffe, ce qui correspond à vista de nas à la distance entre la place Esquirol et l’Opéra de Sydney. On voyage comme on peut.

Urbain des Bois
Dans les villes asphyxiées du monde, on plante des microforêts urbaines à la mode Miyawaki. Ce botaniste japonais nonagénaire a mis au point une technique de reforestation dense à base d’essences locales semées sur des terrains fertilisés naturellement. 30 fois plus denses, 100 fois plus riches en biodiversité, ces petits bois sont des machines à purifier l’air vicié des villes. À Toulouse, on vient de planter les premières à Rangueil, à Paul-Sabatier et au collège George-Sand route de Saint-Simon. Quelques mois après Saint-Orens, la pionnière en la matière.

À lire aussi dans ce numéro

Interview -

Georges MéricLa suite dans les idées

Le socialiste Georges Méric remettra en jeu son siège de président du Conseil départemental au mois de juin...

> Lire l'article <
Georges Méric
Conversation -

Gérard HuetArchi d’ici

Cité de l’Espace, usine Clément Ader, usine d’assemblage de l’A380, aéroport Toulouse-Blagnac, hôpital Riquet, Oncopole, Stadium version coupe du monde 98… en 40 ans, avec son associé et copain de...

> Lire l'article <
Kardam
Portrait -

Cécile DufraisseOde à l’action

Simple habitante de Toulouse il y a encore quelques mois, Cécile Dufraisse a aujourd’hui la responsabilité...

> Lire l'article <
Cécile Dufraisse