Interview

Napoléon et nous : spleen à Soult-Berg

Rédaction : Sébastien VAISSIÈRE,
Photo : Rémi BENOIT,
le 4 mai 2021 Temps de lecture : 5 min.
Partager : TwitterFacebookMail

Pourquoi Soult a-t-il fait bâtir le château de Soult-Berg ?
Xavier Reille-Soult : Par attachement familial et affectif à sa vallée natale. Quand on sait que le voyage Mazamet-Paris prenait alors entre une semaine et dix jours et que Soult n’a jamais cessé d’occuper à Paris des fonctions ministérielles, on comprend que ce n’était pas pour des raisons pratiques. Le résultat est un bel hommage à l’Empire. Tout dans la construction et la décoration du château de Soult-Berg témoigne du goût de cette époque.
Jean-François Reille-Soult : Il voulait mourir dans son village. C’est d’ailleurs ce qui s’est passé. Sur la fin, il dirigeait même son ministère depuis Saint-Amans.

Le château est un héritage patrimonial et historique de votre ancêtre. Quid de son héritage moral ?
X R-S : On ne peut qu’être fiers de cet ancêtre à la fois grand militaire et grand homme d’État, et l’on reste attentifs à la trace qu’il laisse dans l’Histoire de France.
J-F R-S : Son histoire est précieuse parce qu’elle est à la fois une épopée individuelle et une aventure collective. Épopée individuelle d’un fils de notaire pauvre né sous l’Ancien Régime, engagé dans l’armée à 16 ans, qui devient héros d’Austerlitz et président du Conseil sous Louis-Philippe. Aventure collective militaire, dont l’écho retentit encore aujourd’hui, y compris chez nos ennemis d’hier… ce qui nous rend d’autant plus grognons quand les politiques d’aujourd’hui ne sont pas au rendez-vous !

À quel rendez-vous faites-vous référence ?
J-F R-S : Aux célébrations du bicentenaire d’Austerlitz en 2005 auxquelles aucun représentant de l’État n’a assisté officiellement. La France a même refusé l’exposition tournante proposée par les Autrichiens et les Russes. Drôle de sort réservé à une bataille enseignée dans toutes les écoles militaires du monde.
Que vous inspirent les1

La suite est réservée aux abonnés.

Accédez à tous les contenus de Boudu en illimité.
Ou achetez directement le magazine en version pdf

À lire aussi dans ce numéro

Récit -

La grande visite de Napoléon à Toulouse

Napoléon n’a séjourné qu’une fois à Toulouse mais n’a pas fait le voyage pour rien. Entre deux messes à Saint- Étienne, trois cavalcades en ville et un bal au Capitole,...

> Lire l'article <
Joseph Roques / Jeux nautiques sur la Garonne, à Toulouse, en présence de l'Empereur Napoléon 1er ; 26 JUILLET 1808
Enquête -

Célibataires Covid : un an de solitude

Rues désertes après 19 h, bars fermés, couvre-feu et soirées télé imposées : il ne fait pas bon être célibataire en temps de Covid. Un an de solitude ? Pas forcément !...

> Lire l'article <
boudu-57-un-an-solitude-covid 19
Portrait -

Alice Dausse, alignée sur Jupiter

Inconnue du grand public, Alice Dausse vient d’être choisie par La République en Marche pour fédérer les troupes haut-garonnaises en prévision des combats électoraux à venir.

> Lire l'article <
11-boudu-57-alice-dausse-00