Reportage

Ancêtre : Hippolyte Thomas

Rédaction : Sébastien VAISSIÈRE,
Photo : Rémi BENOIT,
le 4 mai 2021 Temps de lecture : 7 min.
Partager : TwitterFacebookMail

Simples soldats ou grands généraux, nombre d’enfants du Sud-Ouest ont payé de leur personne au cours des guerres napoléoniennes. Certains cultivent encore leur souvenir, comme Yves et Xavier Peres, descendants du Vauréen Hippolyte Thomas, l’un des premiers membres de la Garde à cheval de Napoléon, qui s’illustra dans toutes les grandes batailles et mourut à Toulouse dans son lit.

On arrive par une allée de platanes aux troncs raides et fixes comme des soldats au garde-à-vous. Même l’ombre oblique qu’ils projettent est martiale. Sans doute avertit-elle qu’on n’entre pas ici chez les descendants de n’importe qui : l’ancêtre de la famille Peres, Hippolyte Thomas, était capitaine des chasseurs à cheval de la Garde impériale, légendaire corps d’armée napoléonien qui comme chacun sait « meurt, mais ne se rend pas ». Au bout du chemin se dresse un tatoué débonnaire, anneau d’or au lobe gauche, sourire encadré par un bouc poivre-et-sel, yeux plissés cerclés de lunettes ovales qui lui donnent un petit air 1900. Son t-shirt est frappé du logo de Trojan, mythique label musical créé en 68 à Londres pour propager en Europe le reggae et le ska : « J’adore la musique, explique-t-il en passant le seuil de la maison. J'ai joué de la guitare électrique et de la batterie dans un groupe punk pendant 15 ans. Maintenant, je suis batteur des Nellie Hole Sons ». Xavier Peres ferme la porte et s’avance dans un décor de maquettes, de vitrines où des soldats de plomb livrent des batailles silencieuses, d’objets anciens sur des étagères, de livres d’Histoire aux tranches plissées, de drapeaux, d’emblèmes et de blasons. Tout au fond on distingue un portant qui plie sous le poids des fringues, reproductions d’uniformes empire, de musettes, d’accessoires, de harnais et de colbacks. Face au bureau une grande cheminée éteinte sur la hotte de laquelle est suspendu un grand sabre. Derrière, un poster du Sacre de Napoléon par David. Pas le genre de décor dans lequel on attend le chanteur d’un groupe punk d’inspiration « ramono-pistolesque ». Sans doute Xavier Peres aime-t-il, comme son aïeul Hippolyte et les grognards de la Garde, être là où on ne l’attend pas.
1

La suite est réservée aux abonnés.

Accédez à tous les contenus de Boudu en illimité.
Ou achetez directement le magazine en version pdf

À lire aussi dans ce numéro

Récit -

Un choc pour l'honneurLa bataille de Toulouse de 1814

Des Anglais qui chargent à Saint-Cyp’, des Écossais à l’assaut des Ponts-Jumeaux au son des cornemuses, de la poudre, du sang, des fusées et des centaines de cadavres sur les...

> Lire l'article <
boudu-57-bataille-toulouse
Interview -

Napoléon et nousQuoi de neuf ? Bonaparte !

On croyait le bonapartisme éteint mais le voilà qui revient à l'enseigne d'un nouveau parti : L'Appel au Peuple, créé le 4 mai dernier. Son président, David Saforcada qui n'est...

> Lire l'article <
08-boudu-57-david-saforcada-00
Portrait -

Alice Dausse, alignée sur Jupiter

Inconnue du grand public, Alice Dausse vient d’être choisie par La République en Marche pour fédérer les troupes haut-garonnaises en prévision des combats électoraux à venir.

> Lire l'article <
11-boudu-57-alice-dausse-00