Interview

Napoléon et nousQuoi de neuf ? Bonaparte !

Rédaction : Sébastien VAISSIÈRE,
Photo : Rémi BENOIT,
le 4 mai 2021 Temps de lecture : 4 min.
Partager : TwitterFacebookMail

On croyait le bonapartisme éteint mais le voilà qui revient à l’enseigne d’un nouveau parti : L’Appel au Peuple, créé le 4 mai dernier. Son président, David Saforcada qui n’est pas Corse mais Commingeois, nous explique au pied de la Colonne du 10 avril comment son courant compte redresser la France.

David Saforcada, comment devient-on bonapartiste ?
En tombant à l'âge de 5 ans sur une carte postale de Napoléon cheveux au vent au Pont d’Arcole. C’était la fin des années 1970. J’y ai vu un hippie avec un drapeau français. J’ai adoré ça. En grandissant j’ai découvert sa pensée et celle de Napoléon III. Puis je me suis engagé dans l’armée, au 3e Régiment d'infanterie de marine dont l'insigne reprend l'aigle impérial du Second Empire. En quittant l’armée début 2000, j’ai fait la connaissance de Thierry Choffat, président du centre de recherche sur le Bonapartisme. On a décidé de lancer France Bonapartiste ensemble, et de le transformer en parti aujourd’hui.

Qu’est-ce que le bonapartisme ?
Un patriotisme social teinté de progressisme.

David Saforcada France Bonapartiste

A droite ou à gauche ?
L’historien René Rémond a classé le mouvement à droite, mais ce n’est pas si évident. Quand vous êtes bonapartiste, l’extrême droite vous traites de gauchiste et l’extrême gauche de facho. Signe que cela ne veut vraiment plus rien dire du tout. Reste qu’on est attentifs à cette étiquette « de droite ». Le nom du parti que l’on crée ne portera d’ailleurs pas le qualificatif « bonapartiste ». C’est une façon de nous ouvrir aux souverainistes de gauche, pour qui la référence à la droite est un frein.

Quel sera le nom ?
L'Appel au Peuple, comme le groupe parlementaire bonapartiste qui existait par le passé.
Une référence directe, certes, pour ceux qui connaissent l’Histoire, mais un nom qui permettra aux électeurs de porter un regard neuf sur les idées bonapartistes.

Le bonapartisme sans un Bonaparte, c’est possible ?
On n’a jamais eu l’intention de remettre un Bonaparte au pouvoir. Un député bonapartiste du début du XXe siècle a1

La suite est réservée aux abonnés.

Accédez à tous les contenus de Boudu en illimité.
Ou achetez directement le magazine en version pdf

À lire aussi dans ce numéro

Reportage -

Ancêtre : Hippolyte Thomas

Simples soldats ou grands généraux, nombre d’enfants du Sud-Ouest ont payé de leur personne au cours des guerres napoléoniennes. Certains cultivent encore leur souvenir, comme Yves et Xavier Peres, descendants...

> Lire l'article <
boudu-57-ancetre Yves et Xavier Peres
Portrait -

Alice Dausse, alignée sur Jupiter

Inconnue du grand public, Alice Dausse vient d’être choisie par La République en Marche pour fédérer les troupes haut-garonnaises en prévision des combats électoraux à venir.

> Lire l'article <
11-boudu-57-alice-dausse-00
Interview -

Napoléon et nousQuoi de neuf ? Bonaparte !

On croyait le bonapartisme éteint mais le voilà qui revient à l'enseigne d'un nouveau parti : L'Appel au Peuple, créé le 4 mai dernier. Son président, David Saforcada qui n'est...

> Lire l'article <
08-boudu-57-david-saforcada-00