Santé

Covid-19 et troubles alimentaires, l’urgence

Rédaction : Lauriane PELAO,
Illustrateur : Laurent GONZALEZ,
le 4 septembre 2021 Temps de lecture : 4 min.
Partager : TwitterFacebookMail

La Covid-19 et son cortège d’angoisses et de confinements ont aggravé le sort des victimes de troubles alimentaires (TCA). Dans notre région, à l’instar du reste du territoire français, certaines associations ont relevé quatre fois plus d’appels d’urgence liés à ces troubles. Les thérapeutes ont dû s’organiser pour y répondre.

L’association Anorexie Boulimie Occitanie a dû parer au plus pressé. En quelques semaines, dès le premier confinement, ses bénévoles ont doublé les groupes de parole et instauré des rendez-vous individuels en visioconférence. « Nos appels et mails ont été multipliés par 4 », confie Claude Bois, présidente de l’association. Concernant principalement la boulimie, l’anorexie et l’hyperphagie, ces appels au secours révélaient souvent des situations difficiles et des pertes de contrôle, comme ce fut le cas pour Justine, une étudiante toulousaine anorexique mentale et boulimique âgée de 21 ans : « Je passais mon temps à compter les calories, à faire une crise, à m’empiffrer puis à culpabiliser. C’est un engrenage dont on ne peut sortir seule. Pendant le confinement, les seules discussions que j’avais, c’était au téléphone avec une amie anorexique. On se tirait vers le bas. Je me faisais vomir une, deux, trois fois par jour et personne ne pouvait le savoir ».
Les thérapeutes comme Caroline Séguin, diététicienne et nutritionniste spécialisée dans les troubles alimentaires, ont dû eux aussi se réorganiser face à l’afflux de nouveaux patients, aux rechutes et aux urgences : « J’ai réduit les délais d’attente, travaillé le week-end et le soir, raconte-t-elle. Je recevais régulièrement des appels de personnes au bord du suicide. Le confinement, la situation anxiogène, renvoie à la dimension de restriction. C’est stressant pour tous, mais l’impact est encore plus important sur les personnes atteintes de TCA. C’est souvent un cumul de facteurs qui provoque ces troubles, et le Covid est l’un d’entre eux ».
Estelle, une trentenaire toulousaine atteinte d’anorexie mentale et de boulimie, a rechuté lors du deuxième confinement : « Au premier confinement, on pensait tous que la pandémie allait s’arrêter en quelques mois. À l’annonce du deuxième, il n’y avait plus d’espoir de retrouver une vie normale. Lors1

La suite est réservée aux abonnés.

Accédez à tous les contenus de Boudu en illimité.
Ou achetez directement le magazine en version pdf

À lire aussi dans ce numéro

Vécu -

AZFChronologie

De la création de l'Onia en 1924 à la diffusion du procès programmée en 2059, voici l'histoire du pôle chimique du sud-ouest toulousain, né d'une prise de guerre et enseveli...

> Lire l'article <
Boudu n°60 AZF
L'addition -

Elsa GiraudL'amie Corée

La cuisine aiguise depuis toujours l’intérêt d’Elsa Giraud qui, petite, observait sa grand-mère s’affairer aux fourneaux dans l’auberge familiale...

> Lire l'article <
BOUDU 60 AZF Elsa Giraud
Carte blanche -

AZF : carte blanche à Pierre Nicolas

Ça fait 20 ans que je me tais. 20 ans que je me repasse en boucle ce vendredi matin du 21 Septembre 2001. Ça ne s’oublie pas. J’ai tout vu,...

> Lire l'article <
Boudu n°60 AZF