Interview

Bernard Cadene, l’évolutionnaire

Rédaction : Mélanie CARON,
Photo : Rémi BENOIT,
le 6 octobre 2021 Temps de lecture : 3 min.
Partager : TwitterFacebookMail

Ancien publicitaire de renom et artiste-peintre, Bernard Cadene installera en octobre à la galerie Daudet sa 140e exposition. Intitulée Les chemins de la Liberté, elle témoigne de l’inaltérable soif de nouveauté de l’artiste qui, à 80 ans, n’en finit plus de faire évoluer sa peinture.

Les chemins de la Liberté est votre 140e exposition. Que vous évoque ce chiffre ?
Avec le temps, j’ai arrêté de les compter. Il y en a eu tant, en France comme à l’étranger ! Cela m’évoque principalement que je vais avoir 80 ans… C’est aussi la première exposition depuis le début de la crise sanitaire. Je suis content d’exposer une nouvelle fois à Toulouse, dans une galerie que j’apprécie et avec laquelle je travaille depuis 25 ans.

Pourquoi ce titre ?
Parce que je suis libre dans ma tête, dans ma vie et dans ma peinture. Cette exposition est axée sur mes œuvres les plus récentes et montre l’évolution de ma peinture. C’est un mélange de figuration et d’abstraction, où la couleur occupe une place très importante. J’ai laissé libre cours à ma créativité.

En quoi consiste votre processus créatif ?
Je ne cherche pas à produire à tout prix, pour autant je ne passerais pas non plus des heures sur une esquisse. Je vois très rapidement si ça passe ou ça casse. Si ça casse, j’attends un peu avant de revenir sur mon tableau et de repeindre sur ce que j’avais fait. Mais quand ça ne me plaît vraiment pas et que je ne peux rien faire dessus, je détruis la toile. Cela n’arrive pas souvent mais je suis intransigeant là-dessus. Je ne veux pas laisser derrière moi des œuvres de mauvaise qualité.

Pourquoi cette recherche éternelle du renouvellement ?
Je suis incapable de me cantonner à un domaine précis. Je suis resté longtemps dans la figuration, j’ai fait beaucoup de croquis, de dessins, de nus, maintenant je m’oriente vers un mode d’abstraction, à ma manière. Ce sont les images qui parlent ! J’aime le mouvement, l’équilibre et l’harmonie des couleurs… tout ce qui me1

La suite est réservée aux abonnés.

Accédez à tous les contenus de Boudu en illimité.
Ou achetez directement le magazine en version pdf

À lire aussi dans ce numéro

Interview -

Kader BelarbiCaballet

Du jamais vu. C’est ce que promet le ballet du Capitole avec Toulouse-Lautrec, la nouvelle création de son directeur et chorégraphe Kader Belarbi...

> Lire l'article <
Boudu magazine Kader Belarbi
L'addition -

Alexis Métais, le cœur sur la table

Alexis Métais affine son art aux côtés du chef Marc Dach dans le Var...

> Lire l'article <
Boudu magazine Alexis Métais
Interview -

Pollution lumineuse : plaidoyer pour l’obscurité

Samuel Challéat a fait de la pollution lumineuse son cheval de bataille...

> Lire l'article <
Boudu magazine Samuel Challéat