Interview

Philippe Frézières« Ce qu’on disait ou laissait dire nous enverrait en prison aujourd’hui ! »

Photo : Orane BENOIT,
le 5 novembre 2021
Partager : TwitterFacebookMail

Admiré par certains, détesté par d’autres, Philippe Frézières a porté FMR pendant près de 30 ans. Alors qu’elle s’apprête à fêter son anniversaire, il nous raconte les grands moments de la radio la plus libre qu’ait connu Toulouse.

Dans quel contexte se crée FMR en décembre 1981 ?
Les élections présidentielles venaient de consacrer François Mitterrand, qui avait promis la libération des ondes. Mais l’espoir des années 1970 de changer les choses est vaincu. Cette désillusion a donné naissance au mouvement punk incarné par le slogan No Future. Le monde tel qu’il allait ne m’intéressait pas. Mais je n’avais pas de proposition à faire. Et je doutais qu’un média, fût-il libre, puisse changer les choses. Je ne croyais pas à l’idée que le peuple se dresserait si on lui disait la vérité.

Vous vous laissez pourtant convaincre ?
Oui parce que je pensais qu’il était néanmoins utile de soulever des questions, voire d’adopter une attitude ironique, distanciée.

Très vite, FMR se distingue par la qualité de sa programmation musicale et par son absence de limites. Pourquoi ?
Parce qu’on trouvait les imitations révulsantes. Pour nous, être anti-conformiste, ne pas respecter les codes, mettre du larsen à l’antenne, dire des gros mots, c’était la seule façon de faire une radio libre. On parlait de tous les sujets, en se moquant énormément de tous les hypocrites. Mais c’était un sarcasme positif qui invitait à l’éveil.

FMR, c’était une radio punk, ou une radio de copains ?
Ni l’un, ni l’autre. À FMR, il y avait des représentants de la bourgeoisie, de la classe moyenne, des prolos. Il y avait des frottements, les punks et les new wave se considéraient comme authentiques dans leur démarche, les conflits étaient fréquents. Vu que personnellement je n’aimais que le classique, je n’avais aucune difficulté à les renvoyer dos à dos lorsqu’ils se disputaient. Du coup, beaucoup de gens me détestaient, mais ce qui m’intéressait, c’était que ça grouille. Et puis j’avais l’intuition que notre originalité résidait dans ce brassage de toutes les couches de la1

La suite est réservée aux abonnés.

Accédez à tous les contenus de Boudu en illimité.
Ou achetez directement le magazine en version pdf

À lire aussi dans ce numéro

Portrait -

Hortense RaynalPaysâme

À 28 ans, Hortense Raynal vient de publier son premier recueil de poésie : Ruralités.

> Lire l'article <
Boudu-magazine-62-hortense-raynal
Reportage -

Jacky HannachiSupplément dames

Jacky Hannachi est le seul joueur de dames français à vivre de sa passion...

> Lire l'article <
Boudu-magazine-62-jacky-hannachi
Interview -

Philippe Frézières« Ce qu’on disait ou laissait dire nous enverrait en prison aujourd’hui ! »

Admiré par certains, détesté par d’autres, Philippe Frézières a porté FMR pendant près de 30 ans...

> Lire l'article <
Boudu-magazine-62-fmr-philippe-frézières