L'affiche

Fatals Picards : Punkomiques

Rédaction : Sébastien VAISSIERE,
le 9 décembre 2021
Partager : TwitterFacebookMail

Leur hilarante parodie de Zebda confère aux Fatals Picards un statut un peu particulier à Toulouse.

Nés en 2000 comme l’âne Trotro et Dora l’exploratrice, les Fatals Picards excellent dans trois disciplines typiques du XXe siècle aujourd’hui passées de mode : le punk-rock, les jeux de mots et le deuxième degré. De leur premier album studio autoproduit (Les onze y trônent) jusqu’au onzième (Espèces menacées) sorti en 2019, ce quatuor plus vraiment picard a changé de chanteur, de musiciens mais jamais d’état d’esprit. Connus du grand public pour leur mémorable avant-dernière place à l’Eurovision 2007, les Fatals continuent d’écumer les foires agricoles et les festoches de village aussi bien que l’Olympia et le Bikini. À Toulouse, leur hilarante parodie de Zebda (Monter le pantalon) apparue en 2005 sur une piste mal cachée de l’album Picardia Independenza et redécouverte en 2008 dans Pamplemousse mécanique, agace autant qu’elle amuse, et leur confère un statut un peu particulier. Voilà qui donne envie d’aller le 11 décembre grossir les rangs de leur public étonnamment familial, très hétérogène et toujours bon enfant, pour entonner avec lui à 15 jours de noël et entre deux vagues covid, des ritournelles punkomiques de cet acabit : « On a tous des préjugés, qu’on le veuille ou non / Tous ceux qui sont pas d’accord, eh bien c’est des gros cons / Et moi, les gros cons, j’les reconnais tout de suite / Au premier coup d’œil, j’vois celui qui mérite. »

Fatals Picards, le 11/12/2021 au Bikini.

À lire aussi dans ce numéro

L'affiche -

Fatals Picards : Punkomiques

Leur hilarante parodie de Zebda confère aux Fatals Picards un statut un peu particulier à Toulouse.

> Lire l'article <
Boudu-magazine-63-fatals-picards
Reportage -

Retour vers le bistrot

Pour lutter contre le désert commercial des communes rurales et le sentiment d’abandon de leurs habitants, le Groupe SOS, la plus grande entreprise sociale française, favorise l’ouverture de cafés multiservices...

> Lire l'article <
Boudu-magazine-63-retour-bistrot
Interview -

Stelvision : Espace pour tous

Les astronomes du Pic du Midi n’ont pas l’apanage de l’observation du ciel. Depuis le jardin de M. Tout-le-monde, un télescope rudimentaire, une paire de jumelles voire deux yeux en...

> Lire l'article <
Boudu-magazine-63-bertrand-armagnac