En couv'

Energies renouvelablesSi loin, si proche

Rédaction : Jean COUDERC,
Photo : Rémi BENOIT,
Illustrateur : Laurent GONZALEZ,
le 7 mai 2022 Temps de lecture : 10 min.
Partager : TwitterFacebookMail

Sa présidente n’a eu de cesse de le marteler lors du précédent mandat : d’ici 2050, l’Occitanie veut devenir la première région à énergie positive d’Europe (RéPOS). Alors que les derniers points de passage révèlent un léger retard sur le scénario RéPOS, Boudu a voulu faire un état des lieux de la filière pour comprendre pourquoi ça bloque (encore) alors que de l’avis de tous, l’Occitanie dispose de tous les atouts pour y parvenir.

« Avec du vent, du soleil, de l’eau et même de la mer pour faire du flottant, l’Occitanie est bénie des dieux ». Cette assertion de Jean-Marc Bouchet, l’un des pionniers des énergies renouvelables en France, a beau être partagée par l’ensemble des acteurs de la filière, les faits sont là, têtus : l’Occitanie n’est pas à la place qu’elle devrait occuper même si la part d’énergies renouvelables dans la consommation régionale s’élève lors du dernier pointage en 2019 à 22,5 %. « Mais quand on a le premier gisement éolien et le second solaire de la Métropole, on doit faire mieux, considère David Augeix, qui a récemment créé Incidences, nouveau venu sur l’échiquier des développeurs d’énergies renouvelables après avoir été directeur régional d’EDF Renouvelables pendant plus de 15 ans. La région Occitanie est très loin d’être équipée comme elle devrait l’être. » Cet ingénieur diplômé de l’Insa, qui a commencé en tant que professeur en lycée technologique avant de rejoindre Jean-Marc Bouchet lorsque celui-ci créa Energies du Midi à la fin des années 90, n’en mesure pas moins le chemin parcouru.
Lorsqu’en 1995, l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l'énergie) lance l’appel à projet Eole 2005, le tout premier du genre dans l’Hexagone, l’objectif affiché est de sortir de terre 500 mégawatts d’éolien. Une broutille avec nos yeux d’aujourd’hui, mais une montagne pour l’époque, comme le rappelle Jean-Luc Sanchez, chargé des affaires et relations extérieures pour TotalEnergies Renouvelables Occitanie : « En 1995, c’était la préhistoire. On n’avait, en France, absolument aucune conscience des EnR, on nous prenait pour des farfelus qui voulaient faire tourner le pays avec du vent et du soleil. Sans parler des délires fantasmagoriques autour de l’éolien à qui l’on reprochait de faire tourner le lait aux vaches ou de rendre les femmes stériles. »

À lire aussi dans ce numéro

Récitportage -

Roquefort-des-CorbièresRealecologik

Engagée depuis 20 ans dans le développement des énergies renouvelables, Roquefort-des-Corbières devrait prochainement accueillir un projet novateur d’agrivoltaïsme...

> Lire l'article <
Roquefort-des-Corbières
Tribu -

Citoy’EnRLes électricitoyens

La société coopérative Citoy’EnR s’est allumée en 2015 sous l’impulsion de membres des Amis de la Terre et de l’asso Toulouse en transition...

> Lire l'article <
Enquête -

Aéroport de Toulouse-BlagnacLe vert à moitié plein

Désormais, pour des motifs sociétaux, économiques ou d’image, ils sont nombreux à innover dans ce domaine. C’est le cas de l’aéroport de Toulouse-Blagnac, qui se chauffe depuis cet hiver à...

> Lire l'article <
Aéroport Toulouse Blagnac