Interview

Esthétique de l’éolienne

Rédaction : Sébastien VAISSIERE,
le 7 mai 2022
Partager : TwitterFacebookMail

Si l’esthétique est le grief le plus fréquemment opposé à l’installation d’éoliennes, c’est que leur surgissement dans le paysage bouscule notre approche séculaire du paysage. Nous avons demandé à Julien Delord, enseignant-chercheur en histoire et philosophie de l’environnement à Toulouse et Albi, si nous allions finir par nous y faire.

 

Comment le rapport que nous entretenons avec le paysage s’est-il forgé ?
La notion de paysage est apparue dans l’histoire avec les peintres de la Renaissance puis avec ceux du XIXe. À travers le regard des peintres romantiques s’est installée une vision idéalisée du paysage rural, imposant une lecture morale du travail des champs. Les impressionnistes ont par la suite imprimé en nous l’idée d’un paysage agricole diversifié et productif mais emprunt de valeurs positives. C’est l’idée même de ce paysage que bouscule l’arrivée des éoliennes.

Pourquoi les éoliennes nous font-elles cet effet ?
Depuis la révolution industrielle, l’énergie est abondante et sa production invisible, concentrée dans des raffineries, des centrales à charbon, à gaz, au fuel ou nucléaires. En Occitanie, à part les riverains de Golfech et des barrages hydrologiques pyrénéens, personne ne constatait jusqu’à présent dans son environnement une trace visible de production d’énergie. Avec les éoliennes et l’agrivoltaïsme, tout d’un coup, la production d’énergie devient visible. Ceux qui luttent contre le nucléaire et les énergies fossiles les accueillent avec plaisir. Ceux qui préféraient consommer l’énergie sans s’en préoccuper et sans supporter le spectacle de ça production réagissent à l’inverse.

Finirons-nous par nous y faire ?
Les éoliennes sont productives mais leur gigantisme pose souvent problème. Elles sont souvent considérées comme trop grandes par rapport aux repères habituels du paysage, grands arbres ou les clochers. Ce décalage entre échelles crée un hiatus esthétique. On sait malheureusement que plus une éolienne est grande et plus elle est rentable et efficace. Les lois de la physique nous obligent à faire avec.

Pourquoi ne pas les camoufler ?
Je traverse parfois la Beauce en voiture. On voit depuis la route des éoliennes qu’on a tenté de modifier pour les dissimuler. Certaines sont peintes en vert, d’autres sont1

La suite est réservée aux abonnés.

Accédez à tous les contenus de Boudu en illimité.
Ou achetez directement le magazine en version pdf

À lire aussi dans ce numéro

Interview -

Agnès LangevineL’urgence, c’est maintenant

Deuxième vice-présidente du Conseil régional d’Occitanie en charge du climat, du Pacte vert et de l’habitat durable, Agnès Langevine est persuadée que l’on peut aller (beaucoup) plus vite en matière...

> Lire l'article <
Agnès Langevine
Interview -

Esthétique de l’éolienne

Si l’esthétique est le grief le plus fréquemment opposé à l’installation d’éoliennes, c’est que leur surgissement dans le paysage bouscule notre approche séculaire du paysage. Nous avons demandé à Julien...

> Lire l'article <
Julien Delord, enseignant-chercheur en histoire et philosophie de l’environnement à Toulouse et Albi
Interview -

Renaud GrussNouveau nouveau monde

Branchée sur du 220V par son directeur musical helvète Gilles Colliard, cette adaptation est l’aboutissement de la vie artistique de Renaud Gruss, remuant administrateur de l’OCT, qui déteste les conformistes...

> Lire l'article <
Renaud Gruss, OCT