Interview

Véronique Cabut« Le rire est un remède à la barbarie »

Rédaction : Camille HUGUENOT,
Photo : Rémi BENOIT,
le 10 juin 2022
Partager : TwitterFacebookMail

L’Hôtel de Région d’Occitanie expose jusqu’au 3 juillet des dessins de Cabu, l’icône des années Dorothée et de l’esprit Charlie, assassiné par des terroristes islamistes en janvier 2015. Une exposition baptisée Le rire de Cabu, dont on doit le nom à Riss, et la présence à Toulouse à Véronique Cabut, la veuve du dessinateur.

Véronique Cabut, comment est née l’idée d'organiser une exposition d’une telle ampleur à Toulouse ? 
Elle est née à l’automne 2020 quand, en hommage à Samuel Paty, Carole Delga a fait projeter les caricatures de Charlie Hebdo sur les façades des deux Hôtels de Région. Parmi elles figurait un dessin de Cabu. Pour moi, pour nous, pour toute la grande famille de Charlie, c’était un soutien extraordinaire et la marque d’un grand courage, surtout en plein procès Charlie. L’exposition Le rire de Cabu à l’Hôtel de ville de Paris ayant été écourtée du fait du Covid-19, j’ai donc écrit à Carole Delga pour lui proposer d’accueillir l’expo. Elle a accepté immédiatement.

Pourquoi cette expo ? 
D’abord pour faire rire. C’est Riss, le patron de Charlie Hebdo, qui a trouvé le titre Le rire de Cabu. Ça sonne juste. Faire rire et aussi réfléchir. On souhaite aussi montrer la diversité de sa palette graphique, du reportage à la Une de Journal. Faire plaisir à un large public et faire vivre le dessin.

Pourquoi Cabu voulait-il faire rire à tout prix ? 
Parce que c’était avant tout son métier. Il riait énormément. Son rire était bien particulier. Il était très joyeux. Non seulement le rire fait du bien, mais il reste le meilleur remède à la barbarie. C’est une phrase que je répète souvent depuis le 7 janvier 2015.

Est-ce qu’on est encore Charlie ?
L’esprit Charlie subsiste, ses combats aussi. Cette exposition en est la preuve. Tant que Charlie existe, tant que le Canard enchaîné est vivant, la mémoire de Cabu est là.

Vous destinez particulièrement l’expo aux plus jeunes. Pourquoi ?
Je suis en train de construire la mémoire de Cabu. Cela se fait par son talent et en parlant aux plus jeunes, notamment à1

La suite est réservée aux abonnés.

Accédez à tous les contenus de Boudu en illimité.
Ou achetez directement le magazine en version pdf

À lire aussi dans ce numéro

Enquête -

PMA, un bébé presque toutes seules

En août 2021, la procréation médicalement assistée a été légalement étendue aux femmes en couple avec une femme et aux femmes célibataires...

> Lire l'article <
Boudu-magazine-68-pma-@laurent_gonzalez
Conversation -

Samuel Vuelta-SimonVie, violence

Fils de fondeur et de femme de ménage, Samuel Vuelta-Simon a réformé la lutte anti-drogue et géré la reddition d’ETA avant de devenir l’an dernier procureur de la République de...

> Lire l'article <
Boudu-magazine-68-Samuel-Vuelta-Simon
Interview -

Véronique Cabut« Le rire est un remède à la barbarie »

L’Hôtel de Région d’Occitanie expose jusqu’au 3 juillet des dessins de Cabu...

> Lire l'article <
Boudu-magazine-68-véronique-cabut