Rentrée politique

Sandrine FloureussesOuvrir les portes et les fenêtres

Rédaction : Jean COUDERC,
le 8 septembre 2022 Temps de lecture : 5 min.
Partager : TwitterFacebookMail

Vice-présidente du Conseil départemental de la Haute-Garonne en charge du Dialogue citoyen, de l’Égalité et des Jeunesses, Sandrine Floureusses fonde beaucoup d’espoir sur le projet d’assemblée citoyenne qu’elle coordonne.

C’est l’un des projets phares de cette nouvelle mandature. Pourquoi cette assemblée citoyenne ?
Une des grandes orientations de notre mandat, c’est de valoriser la citoyenneté. Depuis 2015, on a énormément travaillé la question de la participation des citoyens. On a organisé, testé, éprouvé le dialogue citoyen sur de nombreuses thématiques et sous différentes formes comme les concertations, les ateliers ou les jurys. Sur la culture, par exemple, des projets ont vu le jour, décidés en totale autonomie par des citoyens qui ont défini leurs propres critères et financement sans que les élus n’interviennent. L’assemblée citoyenne s’inscrit dans le prolongement de ces actions.

Quel bilan tirez-vous de ces premières expérimentations ?
Le bilan est très positif aussi bien quantitativement que qualitativement. Depuis 2015, il y a eu plus de 400 réunions, 20 000 participants. C’est énorme. Sur la carte scolaire, par exemple, où l’on a associé pour la première fois les parents d’élèves à la réflexion, on a eu des salles pleines. Et puis ces concertations ont abouti à des dispositifs très concrets.

Pourquoi miser sur le dialogue citoyen ?
Le constat politique est implacable : d’élection en élection, l’abstention gagne du terrain, le lien avec le citoyen se délite et la défiance envers le politique augmente. Comment faire pour intéresser les citoyens à tout ce que l’on fait ? Comment leur expliquer l’intérêt d’un engagement public ? C’est un axe majeur de notre réflexion.

Comment en est-on arrivé là ?
Nous observons une individualisation des comportements. Partout, on constate que les gens s’intéressent d’abord à eux, à leur vécu. Dans les associations, on n’a plus des adhérents mais des consommateurs. Ils ne s’impliquent pas, ne viennent pas aux AG, n’essaient pas de comprendre ce qu’est le monde associatif. Cet individualisme généralisé signifie que l’on a perdu le sens du travail collectif,1

La suite est réservée aux abonnés.

Accédez à tous les contenus de Boudu en illimité.
Ou achetez directement le magazine en version pdf

À lire aussi dans ce numéro

Saison culturelle 2022-23 -

Le choix de Laure ValentinThéâtre des Grands Enfants

Le choix de Laure Valentin, directrice du Théâtre des Grands Enfants

> Lire l'article <
Théâtre des Grands Enfants
Saison culturelle 2022-23 -

Le choix de Mathieu MaisonneuveL'Usine

Le choix de Mathieu Maisonneuve, directeur de l'Usine - Centre national des arts de la rue et de l'espace public Tournefeuille / Toulouse Métropole

> Lire l'article <
Mathieu Maisonneuve L'Usine
Saison culturelle 2022-23 -

Le choix d'Isabelle JeulinLa Comédie de Toulouse

Le choix d'Isabelle Jeulin, directrice et programmatrice de la Comédie de Toulouse.

> Lire l'article <
Isabelle Jeulin Comédie de Toulouse