top of page

Antoine Roussel : connecté à la mer

Dernière mise à jour : 12 janv.

Entreprendre est éreintant. Pour tenir, cheffes et chefs d’entreprises ont des hobbies qui font office d’exutoire. Antoine Roussel, directeur général d’Alsatis, confie sa passion pour la voile.



Caradec, Moitessier, Tabarly, autant de grands marins pour lesquels Antoine Roussel ne cache pas son admiration. Des aventuriers qui n’ont fait que renforcer sa passion pour la voile. « À côté d’eux, je ne suis pas un navigateur, plutôt un touriste. » La navigation le suit pourtant depuis toujours. Natif de la région parisienne, il a grandi en Bretagne, fréquenté plusieurs écoles comme la Société nautique de La Trinité sur Mer, ou Jeunesse et Marine. « Je passais mes étés et mes vacances à faire des stages de voile. Une fois, on a traversé la Manche. Aujourd’hui encore, je ne passe pas une année sans partir à la mer. L’été dernier, avec un ami propriétaire d’un voilier, nous sommes allés de Minorque à Rosas. Cette année nous irons de Port-Camargue jusqu’à Rome » projette-t-il avec une certaine excitation. Ce trajet va lui permettre de profiter de trois jours en pleine mer. « Le kiff » ajoute celui qui est âgé de 47 ans aujourd’hui. « Chaque sortie, et son retour à la vie quotidienne, m’inspire à un changement de vie que je n’ai pas encore décidé, à mon projet de vie post-professionnel. »


Si le directeur général d’Alsatis passe son temps à favoriser la connexion des populations, entreprises et collectivités avec ses solutions de télécommunications souveraines, sa connexion à la mer est aussi haut débit et sans friture sur la ligne. « La mer, c’est ma bulle d’oxygène. Je peux échapper à ma modeste existence sur Terre, c’est un fantasme. Sur le voilier, je suis seul avec la nature, un sentiment d’apaisement me domine », confie le dirigeant à la tête de 80 salariés à Toulouse. Antoine Roussel ne perd pas de vue qu’il faut avoir de « l’humilité » sous peine de se mettre en danger. Comme lorsqu’il chavira avec des copains inexpérimentés, dans la rade de Lorient un jour de tempête. Un incident qui ne l’empêche pas de garder le cap vers son objectif : acquérir un voilier quand il prendra sa retraite.


Antoine Roussel, directeur général d’Alsatis, confie sa passion pour la voile.
Antoine Roussel, directeur général d’Alsatis, confie sa passion pour la voile. photo: Orane Benoit


bottom of page