Boudu 66 Avril 2022

En couv’ - Ils y croient encore
Ils sont 12, comme les apôtres, les coups de midi ou les salopards, croient au président ou à la présidente qui change les choses, aux programmes qui changent la vie. 12 jeunes militants locaux de base, soutiens de Macron, Le Pen, Zemmour, Mélenchon, Pécresse, Jadot et les autres. De ceux qui se lèvent tôt pour coller les affiches et se couchent tard les soirs d’élection.

Présidentielle -Les locaux qui pèsent dans la campagne
Boudu se penche sur les cas du Toulousain Manuel Bompard, directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon, du Tarnais Guilhem Carayon, porte-parole de Valérie Pécresse et de la Martraise Carole Delga, porte-parole d’Anne Hidalgo, les trois régionaux les plus en vue dans la campagne présidentielle.

Interview - Une leçon d’abnégation
Avant de réaliser, dans la maison éclusière Saint-Pierre, son rêve de tiers-lieu culturel en plein Toulouse, l’ancien de Zebda Rémi Sanchez est passé par tous les états, et toutes les couleurs. Il raconte ce périple de porteur de projet, du financement jusqu’aux finitions.

Interview - Balles neuves
« Les Gafam ont intérêt à ce qu’on soit devant Netflix plutôt qu’au Stade de Lavaur. »
Guilhem Carayon, président des jeunes LR et porte-parole de Valérie Pécresse.

Naguère grand-messe électorale du peuple français, l’élection présidentielle a inexorablement perdu de sa superbe. Alors qu’un quart des inscrits ne s’étaient pas déplacés le 7 mai 2017 pour le second tour du précédent scrutin, tout porte à croire que l’abstention sera plus massive encore les 10 et 24 avril prochain. Si les causes sont multiples, l’impuissance et/ou la malhonnêteté de nos édiles sont souvent avancées pour légitimer le fait de bouder les urnes.
Avec un constat, celui que le fameux Tous pourris ! n’a pas pris une ride en dépit de l’émergence d’une nouvelle génération de femmes et d’hommes politiques biberonnés aux bonnes pratiques démocratiques. Et dont la sincérité, nonobstant les opinions, ne semble souffrir d’aucune contestation. Dans ce numéro, Boudu a décidé de s’intéresser à deux de ces spécimen, Manuel Bompard et Guilhem Carayon, qui en plus d’être de chez nous et de figurer en première ligne de cette campagne présidentielle, y croient encore. Parce que comme le rappelle le directeur de campagne de Mélenchon dans nos colonnes, « Si l’on n’est pas d’accord, il faut s’engager. Car lorsque les dégoûtés sont partis, il ne reste que les dégoutants ».

Effacer

Découvrez nos autres numéros