top of page
  • BOUDU

Baby Crash : super-mamans à la rescousse

Quelle est la genèse de ce livre ? Tous les matins après avoir déposé les enfants à la crèche, on était un groupe de 6 mamans à s’arrêter pour boire un café et parler de nos expériences, en particulier des difficultés auxquelles on était confrontées avec nos enfants. C’était un peu le défouloir ! On a ensuite adhéré au groupe Mamans du 31, un groupe Facebook de mamans toulousaines et de la région qui échangent des astuces, avant de créer notre propre groupe, Trucs de mamans, qui a très bien marché, puisque on s’est retrouvées très vite 80.

Qu’est-ce qui vous a donné l’idée de publier ces « trucs de mamans » ? Lorsque je leur ai proposé de présenter ce projet à Larousse, elles ont tout de suite été séduites. Grâce au groupe, elles disent qu’elles se sentent un peu moins seules, toutes n’ayant pas des copines avec qui partager. Et puis tous les droits d’auteurs des mamans sont reversés à une association qui vient en aide aux familles monoparentales. On avait le souhait d’aider les papas et les mamans qui sont seuls.

Pour gérer Ses émotions il faut aller boire des coups avec ses copines

Qu’est ce qui a séduit Larousse ? Deux choses : le côté réseaux sociaux, communautés, parce que c’est du concret, du vécu. Et puis le fait que derrière la démarche, il n’y ait pas une seule blogueuse mais plusieurs personnes, en l’occurrence de vraies mamans, et que les astuces soient validées par d’autres.

C’est-à-dire ? L’idée de ce livre est que chaque astuce ait été testée au moins une fois par une autre maman. Les testeuses valident et développent. Cela permet d’écarter les astuces trop fantaisistes. Mais attention, les trucs qu’on propose ne marcheront pas forcément avec tous les enfants, ni très longtemps.

À qui s’adresse ce guide ? Il s’adresse à des mères et des pères actifs qui n’ont pas le temps, en rentrant du boulot, de tout gérer, en particulier le repas qui est souvent problématique. Ce sont de petites astuces super faciles à mettre en place, qui ne nécessitent pas d’acheter du matériel mais qui sont bien souvent le fruit du bon sens. Par exemple sur l’alimentation, j’explique que je suis arrivée à faire manger mon fils en mettant au fond d’un grand bol ce qu’il aimait afin de susciter chez lui la curiosité et le plaisir de creuser.

Est-ce plus difficile d’élever ses enfants aujourd’hui ? Ce qui a changé, c’est que la parole de nos enfants est beaucoup plus écoutée et prise en compte. Avant, quand on avait des états d’âme, nos mères considéraient que cela allait passer alors qu’aujourd’hui, on aurait plutôt tendance à courir chez le pédopsychiatre. Je pense qu’il faut qu’on se détende. Mais c’est aussi la faute de la société, avec des boulots de malade et des horaires impossibles. Sans parler des lobbys de la parentalité bienveillante.

Qu’est-ce que la parentalité bienveillante ? C’est la parentalité positive, bio, naturelle, qui met la pression pour l’allaitement ou pour l’alimentation. Aujourd’hui, tu te sens obligée de faire manger ton enfant avec des produits bio, locaux. Et tous les jours, on reçoit des infos contradictoires entre ce qu’il faudrait faire et notre réalité. Il faut sortir de là.

Comment échapper à la pression sociétale ? En disant la vérité ! Par exemple, pour le sommeil, l’un des plus gros scandales est que l’on ne prévient pas les futurs parents qu’ils ne dormiront plus jamais ! Dans ce livre, on essaie de déculpabiliser et de rire. Pour gérer ses émotions, on conseille par exemple d’aller boire des coups avec ses copines. Parce qu’être mère, ce n’est pas facile, et qu’il n’est pas facile de faire le deuil de l’image idéale de la maternité que l’on avait avant qu’ils ne viennent au monde !

Une astuce de Marjorie, 33 ans, maman de 3 garçons aux goûts différents en matière de nourriture. Sa solution pour éviter les menus personnalisés ? Ses assiettes artistiques !


Comments


bottom of page