top of page

Bertil Lauth

Dernière mise à jour : 10 janv.


Impossible d’y échapper. Du 8 septembre au 28 octobre 2023, la Terre sera ovale. Un bémol : aucun match des Bleus n’est prévu à Toulouse. SCAN-DALE. On se console avec l’équipe du Japon qui a fait de la ville rose son camp de base pour la compétition. L’occasion rêvée de s’intéresser à l’art culinaire d’un pays aux mille saveurs avec l’un des experts les plus affutés, le sommelier toulousain Bertil Lauth, fondateur de l’épicerie fine en ligne Toulouse Saké Club. Kanpai !



Le saké, c’est quoi ?

C’est une boisson alcoolisée obtenue à partir de la fermentation du riz. Il y a beaucoup de variétés en fonction du riz utilisé ou de l’eau. C’est assez doux en bouche, pas trop fort. En termes d’alcool, on est autour des 13 degrés. Ça peut se boire frais, voire même chaud, de l’apéro jusqu’au dessert, en fonction de ce que l’on mange. Il y a même du saké pétillant. C’est très varié.


Un accord met-saké, ça donne quoi ?

Le saké se marie très bien avec les fruits de mer, le fromage, avec un bon Comté ou un Mont d’Or par exemple. Avec le chocolat également, pour atténuer l’amertume ou apporter de la rondeur. Une recette facile à faire avec du saké ? Des tagliatelles avec une sauce crémeuse au mascarpone et aux champignons dans laquelle on verse une larme de saké. Et si on est sur la saison et qu’on a un petit bout de truffe fraîche qui passe par-là, on le râpe par-dessus, et on se régale !


Ce que les Japonais préfèrent à Toulouse ?

Ils apprécient la cuisine, les spécialités du Sud-ouest, les murs en briques, le côté tranquille de la ville. Il y a aussi tout l’imaginaire autour de Saint-Exupéry, de l’aviation, qui leur plait beaucoup. Mais très souvent, ils sont déçus quand ils apprennent que Toulouse-Lautrec n’a rien à voir avec Toulouse !


Vos meilleures adresses japonaises à Toulouse ?

Pour les sushis, le restaurant SHUN, rue Nicolas Bachelier. Un incontournable pour moi, pour la qualité du poisson, le savoir-faire, la cuisson du riz. Je conseille aussi IORI, rue des Paradoux, pour l’ambiance, la variété, et la qualité de la carte, tant au niveau des plats que des boissons.


Le petit-déjeuner au Japon, plutôt sucré ou salé ?

C’est plutôt salé. Sur la table, on peut retrouver une soupe miso, un bol de riz cuit à la vapeur, des légumes marinés ou du poisson. En boisson, du thé vert. Ça ressemble plus à un repas du midi ou du soir comme on le mangerait en France.


L’aliment le plus bizarre que vous ayez mangé au Japon ?

Il y en a beaucoup ! Les intestins de poisson, c’est très fort, pas hyper agréable. Je me souviens aussi avoir mangé à Okinawa du tofu fermenté, assez infâme, très acide. Et puis je dirais le nattō, des graines de soja fermentées. Ça fait des petits fils, on dirait des toiles d’araignée. C’est servi comme accompagnement avec le riz. L’odeur est vraiment très forte mais ça reste assez neutre en bouche.

Retrouvez toute l’actualité et les produits du Toulouse Saké Club sur


Comments


bottom of page