top of page

CLARA MARIE MELLIN


Déjà toute petite, c’est elle qui préparait les repas de Noël en famille. Cuisiner ? Une évidence, arrivée pourtant sur le tard pour la Toulousaine de 33 ans qui a commencé comme cheffe à domicile avant de faire parler son talent et ses idées au restaurant Garçon Sauvage. Dans cette nouvelle adresse avec vue directe sur la cathédrale Saint-Etienne, elle insuffle midi et soir un esprit un peu rebelle et joyeusement vintage dans les assiettes. Parlez-lui de frites, elle répondra pommes Pont-Neuf. Des croquetas au jambon ? Elle préfèrera les remplir avec de la tête de veau et de l’os à moelle. Et vous savez quoi ? Vous allez adorer ça.



Le plat de votre enfance ?

La cargolade, c’est mon pêché-mignon ! Ce sont des escargots trempés dans un mélange sel/poivre, grillés ensuite au feu de bois. En famille, on les mangeait avec de l’aïoli, de la saucisse et du rosé. J’aimerais vraiment le proposer au restaurant cet été !


Le plat qu’il faut absolument venir manger chez Garçon Sauvage ?

Le chou farci, c’est un plat que j’adore faire.


L’aliment que vous préférez ?

L’œuf. Il y a plein de façons de le cuisiner. Et c’est toujours un plaisir de le voir couler dans l’assiette.


L’aliment que vous détestez ?

Globalement, je ne suis pas une grande fan du sucre… Je suis plus fromage que dessert. Définitivement.


Votre plaisir coupable ?

Du riz avec de la crème fraîche et de la sauce soja. Ça marche aussi avec les pâtes. C’est une passion que je partage avec ma sœur.


Vous ne pouvez pas vous passer de manger…

Du fuet catalan, ça part direct ! Ou encore de l’aïoli. C’est le mal, ça…


Il n’y a pas de bon repas sans…

Amour, mais c’est un peu cucul (rires). Pour moi, la cuisine, c’est vraiment une question de partage, autour d’une bonne table, avec des gens que l’on aime.


Un repas à l’improviste chez vous, on mange quoi ?

Spaghetti alla puttanesca, une sauce tomate bien relevée avec de l’ail, du piment, des câpres, des olives et des anchois.


Votre avis sur le guide Michelin qui va décerner ses étoiles courant mars ?

C’est une institution qui a mis en lumière beaucoup de chefs/cheffes, mais ce n’est pas forcément une cuisine qui me parle, qui me transcende. Quand c’est trop compliqué, j’ai du mal à capter les émotions…


L’homme ou la femme avec qui vous aimeriez diner en tête-à-tête ?

Hélène Darroze ou Anne-Sophie Pic. Des femmes cheffes qui ont marqué la cuisine française. J’aimerais leur demander ce qui a fait la différence pour elles et comment elles ont fait pour s’imposer dans un milieu très masculin. Ça n’a pas dû être facile…


Le plat ou le produit pour lequel vous êtes prête à faire 100 km ?

Le Lampredotto, un sandwich aux tripes que j’ai découvert à Florence en Italie. Les abats sont confits, il y a de l’huile piquante… C’est merveilleux. Avec mon mari, on se levait à 8h du matin rien que pour aller en manger.


Si vous étiez un ustensile de cuisine ?

Une microplane parce que je mets des zestes de citron partout !


Commenti


bottom of page