top of page

La cheffe sur le gril : Sophia du Toulouse Pasta Club

Gnocchi, ravioli, tagliatelle… Les pâtes, c’est la vie ! Encore plus quand elles sont fraîches et faites à la main, minutieuse et experte, comme celle de Sophia, cheffe nourrie de méditerranée et créatrice du Toulouse Pasta Club. Dans ce grand tout culinaire positionné près du Canal de Brienne, allée de Barcelone, elle organise notamment des ateliers pour apprendre à façonner de vraies pâtes, comme en Italie. Andiamo !



Votre dernière claque culinaire ?

Des Spaghetti alle vongole dans un bouiboui de Naples, pas loin du port. C’était extraordinaire avec des produits d’une grande fraîcheur.


Votre plat de pâtes préféré ?

Il y en a tellement. Je dirais des pâtes all’amatriciana. On est vraiment sur une cuisine de produits, avec de la charcuterie, du fromage. J’adore aussi les lasagnes, mais celles qui sentent le Sud de l’Italie, avec des tomates qui ont pris le soleil, et une petite pointe de piment dans la sauce.


L’aliment que vous adorez ?

Je suis folle de l’artichaut. Je l’aime à la Romaine, correctement tourné, cuit à l’étouffé avec beaucoup d’ail et de persil, et légèrement grillé avant d’être servi. C’est comme ça que je le préfère.


Celui que vous détestez ?

Le lait de vache. C’est d’ailleurs plutôt lui qui ne m’aime pas.


Votre livre de recettes fétiche ?

Un livre de Sophia Loren dans lequel elle raconte son histoire, celle d’une femme pauvre qui a grandi à Naples avant de devenir une star d’Hollywood. Elle partage également ses souvenirs culinaires, les plats de son enfance, et des recettes de « cucina povera », une cuisine du bon sens, de saison, qui fait beaucoup avec peu.


Pour ou contre la pizza hawaïenne ?

Totalement contre. Je ne suis pas opposée à la créativité, mais alors il faut trouver un autre nom à cette « pizza ». Définitivement.

Votre penchant alimentaire honteux ?

Le pain de mie de supermarché, tout mou et trop sucré. Avec un mauvais jambon et un mauvais beurre, ça donne un sandwich « tout mauvais ».


L’homme ou la femme avec qui vous aimeriez diner en tête-à-tête ?

Le réalisateur italien Paolo Sorrentino. J’aimerais lui demander en tant que Napolitain, quel est son plat de pâtes préféré, ses bonnes adresses à Naples, voir le quartier où il a grandi, et connaître le coin de mer qu’il affectionne le plus.


L’aliment le plus bizarre que vous ayez mangé ?

La Pajata, c’est de l’intestin de veau, gorgé de lait. La texture est très particulière, le goût un peu fort, mais je vous assure, c’est vraiment très bon, mijoté par exemple dans une sauce tomate et servi avec des rigatoni. C’est un classique de la cuisine romaine.


Le plat ou le produit pour lequel vous êtes prête à faire 100 km ?

Une vraie ratatouille, avec des légumes cuits doucement et séparément dans de l’huile d’olive. Ils en deviennent presque confits. C’est pour ça aussi que j’adore les pâtes alla Norma, ça me renvoie à ce plat.


Si vous étiez un ustensile de cuisine ?

Une fourchette, parce que j’en ai un bon coup !


Retrouvez les ateliers/événements de Sophia sur le compte instagram Toulouse Pasta Club


Comments


bottom of page