top of page
  • BOUDU

Les mots de Cohen

Mailler, maillage Dans les prises de parole de Pierre Cohen, toute politique efficace repose sur un bon « maillage ». Transports, équipements culturels ou sociaux, l’ancien maire de Toulouse semble vouloir « mailler » partout et dans tous les sens. Ce n’est pas si bête, après tout, quand on part à la pêche aux voix, de miser sur un substantif qui désigne en premier lieu la dimension des mailles du filet de pêche.

Défi Défi climatique, défi de la mobilité, défi de la croissance démographique… Là où d’autres candidats voient des « chantiers », des « problèmes » ou des « chalenges  », Pierre Cohen voit des « défis ». Et l’Académie française lui donne raison, qui coiffe sous ce terme « l’ensembles des obstacles qu’il faut franchir pour atteindre un certain objectif. »

Puissance publique Pas un discours de Pierre Cohen sans sa référence à la puissance publique. Le dictionnaire de droit administratif nous dit que la puissance publique est « la traduction au plan administratif de la réalité publique qu’est le pouvoir ». En gros, tous les moyens de contrainte (de coercition, préfèrent dire les juristes) dont dispose l’État pour agir dans l’intérêt général. Chose amusante pour nous autres Toulousains, il existe, en droit administratif français, deux doctrines différentes : l’école de la puissance publique, développée fin XIXe par Maurice Hauriou, doyen de la fac de droit de Toulouse, et l’école du service public pensée à la même époque à Bordeaux par Léon Duguit.

Comments


bottom of page