retour haut de page

INTERVIEW

Le dilemme de la voiture autonome

PAR Julie GUÉRINEAU | Photographie de Matthieu SARTRE
Temps de lecture 3 min

Alors qu’à Toulouse, certains développent le véhicule de demain, d’autres s’interrogent sur les cas de conscience qu’il implique. Directeur de recherche à TSE et au CNRS, et docteur en psychologie cognitive, Jean-François Bonnefon a coécrit en 2016 dans la revue Science une étude sur « le dilemme social des véhicules autonomes », ou comment choisir qui périra dans un accident.

En quoi la voiture autonome pose-t-elle des problèmes éthiques et moraux ?
Aujourd’hui, un conducteur humain ne peut pas  choisir en une fraction de seconde la meilleure option pour éviter un accident. Il fait ce qu’il peut, et personne ne le condamnera pour avoir fait le mauvais choix. La morale n’intervient pas. Les voitures autonomes, elles, ont le temps de décider, mais il faut leur édicter des règles de conduite. Nous devons donc répondre à des questions complexes que seuls les philosophes se posaient jusqu’à maintenant.

Lesquelles ?
Nous travaillons sur les cas où le zéro victime est impossible. Alors qui faut-il sauver ? Le plus grand nombre ? Mais faut-il, pour cela, tuer un piéton qui n’était pas impliqué dans l’accident ? Lorsque des piétons traversent devant vous alors qu’ils ne devraient pas, faut-il privilégier les passagers ? Et si ce sont des enfants qui déboulent pour rattraper leur ballon ? Ce sont des exercices de pensée qui étaient jusque-là donnés aux étudiants en philosophie pour leur montrer que dans certains cas, il n’y a pas de bon choix. Et personne n’était pressé d’y répondre. Mais aujourd’hui, on ne peut plus éluder la question.

Qui doit y répondre ?
Personne ne le sait. Le marché va plus vite que les politiques. Les constructeurs se posent la question depuis longtemps. Mais il y a quelques mois, un scandale a éclaté lorsqu’un manager de Mercedes a annoncé que leurs voitures protégeraient leurs passagers. Les constructeurs ont alors compris…

Abonnez vous pour lire la suite
Lire la suite

Partagez

Qui sommes-nous?

Boudu est un magazine de société qui ambitionne de raconter Toulouse et sa région différemment. Généraliste et indépendant, il est distribué à 12 000 exemplaires dans la grande région toulousaine. Il s’agit d’un magazine de presse écrite, disponible chez les marchands de journaux. Il est édité par la Scop ARL Trente&Un, une coopérative fondée en 2014 par quatre journalistes toulousains.