retour haut de page

ÉTAT DES LIEUX

Transports : Toulouse capitale du futur

PAR Julie GUÉRINEAU
Temps de lecture 6 min

Train ultra-rapide, voiture autonome, drones… Déjà capitale de l’aéronautique et du spatial, Toulouse vise aujourd’hui une place parmi les champions des transports de demain. En quelques mois, plusieurs grands groupes et startups ont choisi la ville pour y développer leurs projets. Mais que peuvent-ils bien nous trouver ?

Interpellez des passants à Londres, Paris, Hong Kong ou Los Angeles et interrogez-les sur Toulouse. Avant même la violette et le canal du Midi, ils répondront sans doute « avion » et « espace ». Et dans quelques années, sans doute ajouteront-ils « hyperloop », « taxi volant », et « véhicule autonome ». Et c’est probablement une bonne chose : « Avec l’effondrement de l’industrie chimique, les responsables politiques et économiques conviennent qu’il ne faut plus être dépendants de l’aéronautique et du spatial », reconnait Bernard Keller, vice-président de Toulouse Métropole en charge de l’aéronautique, de l’espace et des aéroports.


Alors depuis quelques années, Toulouse mise sur les transports du futur, et veut se hisser parmi les champions mondiaux en la matière. L’objectif, pourtant ambitieux, semble à portée de main puisque ces derniers mois, les entreprises se pressent aux portes de la ville. En janvier, l’américain HTT annonçait avoir choisi Toulouse – avec quatre autres sites – pour développer son projet d’Hyperloop, des capsules supersoniques capables de relier Toulouse à Montpellier en 25 minutes à près de 1200km/h dans un tube. De quoi rendre obsolète une hypothétique LGV… D’ici 5 ans, HTT aura investi 40 millions de dollars dans son centre de recherche de Francazal, construit une piste d’essai d’un kilomètre, et embauché au moins 20 salariés…

Abonnez vous pour lire la suite
Lire la suite

Partagez

Qui sommes-nous?

Boudu est un magazine de société qui ambitionne de raconter Toulouse et sa région différemment. Généraliste et indépendant, il est distribué à 12 000 exemplaires dans la grande région toulousaine. Il s’agit d’un magazine de presse écrite, disponible chez les marchands de journaux. Il est édité par la Scop ARL Trente&Un, une coopérative fondée en 2014 par quatre journalistes toulousains.