Reportage

La Chouette CoopSupermarchouette

Rédaction : Emilie DIAS,
Photo : Rémi BENOIT,
le 9 décembre 2020 Temps de lecture : 4 min.
Partager : TwitterFacebookMail

La Chouette Coop est le premier supermarché coopératif et participatif à but non lucratif toulousain. Un concept né à Brooklyn dans les années 1970, qui se développe en France depuis une décennie. Ses clients, tous coopérateurs, consacrent une partie de leur temps à la gestion de la coopérative, univers cousu de chartes éthiques, de démocratie directe et de jargon rigolo. 566 chouettos animent les lieux depuis son ouverture en juillet… et 200 autres sont encore sur liste d’attente.

Le bâtiment vert de La Chouette Coop éclaire les rues du quartier de Marengo. Les lieux ont tout du supermarché traditionnel : rayon des produits frais, épicerie, espace vrac, caisses sur le côté. Jusque-là rien de nouveau. Sinon que pour y entrer, il faut être muni d’un badge, seul élément qui permet de prouver son identité de Chouettos. Autrement dit, que le client est bien un coopérateur. « Il y a trois conditions pour rejoindre la coopérative : avoir plus de 16 ans, être sociétaire et donner trois heures de son temps toutes les quatre semaines », résume Chrystel Gérard, l’une des coordinatrices du projet.
Ce matin-là, Gilles, Delphine, Hichem et Lloyd et quatre autres Chouettos viennent donner un peu de leur temps. Vêtus de leur tablier à l’effigie de
La Chouette Coop, ils s’activent à parfaire leur Piaf, (Participation Indispensable au Fonctionnement) en langage chouettien. Mission de la matinée : réceptionner les marchandises. Jorge chapeaute le groupe : « Vous devez regarder si le stock est bon et vérifier la date limite de consommation pour les produits frais. » Jorge est un habitué. Son expérience de deux ans dans la coopérative fait de lui un référent apprécié : « Ce n’est pas un rôle directif, ici tout le monde est traité de la même façon. » La mécanique est bien huilée : un camion arrive, des chouettos déchargent la marchandise, d’autres la réceptionnent. Llyod, lui, s’occupe de la mise en rayon des produits frais comme un pro.

C’est pourtant sa première participation : « J’ai adhéré à La Chouette Coop il y a tout juste dix jours. J’ai tout de suite été séduit par le côté associatif et social. »
Les produits frais terminés, place à l’épicerie. Jorge rappelle aux chouettos la démarche1

La suite est réservée aux abonnés.

Accédez à tous les contenus de Boudu en illimité.
Ou achetez directement le magazine en version pdf

À lire aussi dans ce numéro

Interview -

Jean-luc MoudencLa positive attitude

Covid-19, crise dans l’aéronautique, colère des commerçants, fusillades aux Izards, pour Jean-Luc Moudenc les motifs d’inquiétude n’ont pas manqué en 2020. Le maire de Toulouse reste malgré tout confiant pour...

> Lire l'article <
Jean-Luc Moudenc maire de toulouse
Interview -

Alexandre Jouaville« L’autopartage, c’est déjà le monde d’après »

Partager son automobile n’est plus une idée farfelue. Tel est, en substance le message d’Alexandre Jouaville, directeur de Citiz Toulouse, qui nous explique pourquoi la coopérative d’autopartage vient de lancer...

> Lire l'article <
Alexandre Jouaville Citiz
Interview -

Le savoir faire rire de Ferri

Le mois dernier, Arte diffusait De Gaulle à la plage, une série animée adaptée de la bande dessinée éponyme écrite par Jean-Yves Ferri, par ailleurs scénariste des aventures d’Astérix. Un...

> Lire l'article <