top of page
  • BOUDU

Chef. Simon Fétis passe à table

Votre premier émoi gustatif ?

La crème anglaise de ma grand-mère.

Le plat que vous détestiez enfant ?

Les concombres mais aujourd’hui, j’aime tout.

Votre madeleine de Proust ?

Le millasson de la pâtisserie Suberbielle.

Le plat le plus difficile à réaliser ?

Moi je ne fais rien de compliqué, je prends des bons produits et je leur fous la paix.

Votre plat signature ?

Je n’en ai pas vraiment car on renouvelle très régulièrement la carte, les gens ne viennent pas pour remanger la même chose.

L’aliment que vous préférez ?

J’aime beaucoup les champignons.

Celui que vous détestez ?

Je n’ai pas la culture des fruits exotiques, je n’aime pas les travailler.

Les pires associations ?

Je ne sais pas, pour moi il faut goûter. J’aime bien les associations un peu débiles comme du pigeon avec des petits pois, des cerises et des myrtilles.

Vos sources d’inspiration ?

Instagram, je regarde ce que font les meilleurs, surtout les chefs étrangers.

Le piège en cuisine ?

Le show-off, vouloir prouver qu’on est bon alors qu’il faut juste faire ce qu’il nous plaît, on ne peut pas plaire à tout le monde.

Le pire souvenir en cuisine ?

Cuisiner avec les pieds dans 10 cm d’eau avec des fils électriques dénudés et des gens en train de les bidouiller au milieu de la cuisine.

Ce que vous inspire Trip Advisor ?

Les gens ne devraient pas rester anonymes puisque nous on ne l’est pas.

Le plat ou le produit pour lequel vous êtes prêt à faire 100 km ?

Les plantes et les champignon que mon cueilleur me ramène.

Votre mentor ?

Sylvain Joffre, c’est lui que j’appelle quand j’ai besoin de conseils.

Le chef que vous admirez le plus ?

David un grand chef à Madrid, une sorte de punk-rock star complètement barré et sans limites. Les mecs un peu habités comme ça, j’adore.

L’aliment le plus bizarre que vous ayez mangé ?

Les petits pois à la banane et cornichons de ma cousine.

Si vous étiez un ustensile de cuisine ?

J’aimerais bien être un couteau mais je pense que je suis plutôt une spatule.


Les Têtes d’Ail, 6 rue de la Fonderie

bottom of page